« De l’Orient à la mathématique de l’ornement : Jules Bourgoin (1838-1908) » – Maryse Bideault ; Estelle Thibault ; Mercedes Volait – Editions A. et J. Picard, 2015 (Livre)

bourgoin_couverture« De l’Orient à la mathématique de l’ornement : Jules Bourgoin (1838-1908) ». – Maryse Bideault ; Estelle Thibault ; Mercedes Volait. – Paris : Editions A. et J. Picard, 2015. – 1 Vol. (360 p.). – Collection « D’une rive, l’autre ». – ISBN 978-2-7084-0994-1

Accédez au site de l’éditeur : cliquez ici

Présentation de l’ouvrage par les auteurs : Jules Bourgoin a consacré sa vie à l’étude de l’ornement. À partir des croquis et relevés effectués lors de ses séjours en Égypte, au Moyen-Orient, en Italie et en Grèce, il engage une enquête obstinée, itérative et inquiète visant à pénétrer la syntaxe formelle qui régit l’infinie variété des compositions ornementales, dont témoignent ses nombreuses publications, des Arts arabes (1868-1873) à La Graphique (1905). L’itinéraire de ce dessinateur d’exception, scientifique autodidacte, est restitué depuis ses études comme élève architecte à l’École des beaux-arts jusqu’à la conception, au seuil du xxe siècle, d’un système didactique capable de réduire tout arrangement ornemental à un système de notations abstraites. Les nombreux dessins, notes et manuscrits laissés par Bourgoin permettent d’appréhender sa méthode de travail, la collecte de matériaux étudiés in situ, étant complétée par une investigation dans les livres et les musées, à la bibliothèque khédiviale du Caire ou dans les collections d’art extrême-oriental à Paris. Ils documentent également un chantier intellectuel particulièrement ambitieux qui, partant d’une critique radicale des doctrines dominantes prônant l’alliance de l’art et de l’industrie, envisage la fondation d’une discipline spécifique capable d’adosser tant l’analyse que la création dans les arts techniques.

Bien que menées par un chercheur relativement solitaire, en marge des institutions académiques et des cercles artistiques, les recherches de Bourgoin n’en éclairent pas moins un vaste horizon de théories et de pratiques qui concernent tant l’étude des arts de l’Islam que les pédagogies du dessin et de la composition. Nourri d’une culture scientifique et philosophique approfondie, de l’épistémologie mathématique à la botanique, de la cristallographie à la linguistique, son projet d’une morphologie pour les arts d’ornement, mal compris en son temps, trouve des résurgences inattendues au siècle suivant.

Première monographie consacrée à l’étude de cet œuvre complexe, l’ouvrage offre l’originalité de l’éclairer au prisme de différentes disciplines : historiens de l’art et de l’architecture, spécialistes des arts de l’Islam et de l’Extrême-Orient, égyptologues, mais aussi historiens des sciences croisent leurs analyses sur un corpus graphique et théorique hors du commun.

 Auteurs :

Maryse Bideault, chercheur associé au laboratoire In Visu (USR 3103 CNRS -INHA), a œuvré à l’inventaire et à l’étude du fonds d’archives Bourgoin de l’INHA. Parallèlement à ce travail, ses recherches et publications ont porté sur l’œuvre de Bourgoin, de Friedrich Maximilian Hessemer, sur Émile Prisse d’Avennes ainsi que sur la topographie monumentale du Caire islamique au travers des collections patrimoniales françaises.

Estelle Thibault est enseignante à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville et responsable scientifique du laboratoire IPRAUS (AUSser, UMR 3329 du CNRS). Ses travaux portent sur les relations entre les théories architecturales et les sciences de l’esthétique ainsi que sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture. Elle a notamment publié La géométrie des émotions : les esthétiques scientifiques de l’architecture en France 1860-1950 (2010).

Architecte et historienne, Mercedes Volait est directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art.  Ses travaux portent sur l’histoire architecturale et patrimoniale de l’Egypte moderne, et en particulier sur l’orientalisme architectural au XIXe siècle. Ses dernières publications incluent Fous du Caire : excentriques, architectes et amateurs d’art en Egypte (1867-1914) (2009) ; Maisons de France au Caire : le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne (2012) et Émile Prisse d’Avennes, un artiste-antiquaire en Égypte au XIXe siècle (2013).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *