Appel à Communications « Architecture et technique ». Journées doctorales d’histoire de l’architecture 12 juin 2017 (date limite 5 mai 2017)

Appel à Communications « Architecture et technique ». Journées doctorales d’histoire de l’architecture 12 juin 2017

Date limite : 5 mai 2017

Accédez à l’appel : Appel JD1 2017 allégé-1

Le 12 juin 2017 à l’Institut national d’histoire de l’art se déroulera une nouvelle édition des journées doctorales d’histoire de l’architecture proposées par Robert Carvais (Centre de théorie et d’analyse du droit) et Valérie Nègre (Ecole nationale supérieure d’architecture Paris La Villette) et organisées par Anne-Marie Châtelet (Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg), Hélène Jannière (Université Rennes-2) et Jean-Baptiste Minnaert (Université Paris-Sorbonne).

La journée aura pour thème « Architecture et technique ».

Les propositions de communication (abstract et curriculum vitae) sont à envoyer à :
Valérie Nègre (École nationale supérieure d’architecture Paris La Villette) valerie-negre@wanadoo.fr
– Robert Carvais (Centre de théorie et d’analyse du droit) rcarvais@noos.fr
– Anne-Marie Châtelet (École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg) chatelet.schmid@wanadoo.fr
– Hélène Jannière (Université Rennes 2) helene.janniere@univ-rennes2.fr
– Jean-Baptiste Minnaert (Université Paris-Sorbonne) jean-baptiste.minnaert@paris-sorbonne.fr

Les matériaux et les techniques de fabrication des bâtiments intéressent les historiens de l’art et de l’architecture depuis les commencements de leur discipline. Sans parler des précurseurs comme
Pierre Patte ou Jean Rondelet, pour le XIXe siècle, il suffit de citer les études bien connues de Gottfried Semper, Eugène Viollet-le-Duc ou Auguste Choisy et pour le siècle suivant, celles de  Siegfried Giedion, Peter Colins ou Reyner Banham. Depuis ces premiers travaux, qui ont eux-mêmes fait l’objet d’études historiques, deux mouvements se sont produits. Dans les années 1980 d’abord, des recherches conduites par des historiens de l’architecture, mais aussi par des historiens des techniques et des praticiens se sont multipliées1. On doit en particulier aux praticiens (architectes, ingénieurs, restaurateurs) l’émergence d’un champ spécifique connu sous le nom d’« histoire de la construction » (Construction history)2. Le deuxième mouvement se situe dans les années 2000. L’histoire de la construction connaît alors une très forte expansion identitaire en Europe et en Amérique. Les associations et les colloques nationaux et internationaux se multiplient3. Parallèlement, les matériaux et les techniques de fabrication du bâti font l’objet d’une
attention croissante des historiens de l’art et de l’architecture, comme des archéologues. D’ailleurs, ces mouvements ne sont pas spécifiques à l’architecture. Depuis les années 1970, un intérêt croissant pour « l’histoire des choses » et la « culture matérielle » se manifeste dans diverses branches du savoir des sciences humaines et sociales. De même que les historiens des sciences s’attachent à décrire la « science en train de se faire », de même les spécialistes de l’art et de l’architecture prêtent une attention croissante à la matérialité des pratiques (Joël Sakarovitch, Jean-
Marie Guillouët, Alexandre Cojannot). L’histoire de la construction, quant à elle, est aujourd’hui plus attentive aux hommes et aux usages (Dominique Barjot, Philippe Bernardi). Désormais plusieurs orientations communes à différentes disciplines (histoire de l’art et de l’architecture, histoire des techniques, histoire de l’économie, histoire du droit, archéologie, anthropologie historique, etc.) se dessinent. Parmi celles-ci citons :

– L’étude des processus de conception et de fabrication. L’approche ouvre par exemple à des thèmes tels que les lieux de production fixes ou itinérants (chantiers) ou aux rapports entre les concepteurs connus ou moins connus (architectes, ingénieurs) et les différents acteurs du bâtiment (des entrepreneurs aux manoeuvres en passant par tous les participants du chantier). Comment les pratiques suscitent des conceptualisations et comment les combinaisons des savoirs pratiques et des intuitions scientifiques facilitent l’invention ? Quel rôle jouent le dessin et les maquettes, les savoirs artisanaux, les contrats ?

– Les matériaux de l’architecture. Aux thèmes classiques traitant de la chaîne de production (approvisionnement, coût, marché, mise en oeuvre) et des rapports entre forme et matière, s’ajoutent
les approches plus récentes qui prêtent attention à la « réception » de la matière. Comment les praticiens perçoivent les matériaux, comment les commanditaires, les institutions et plus largement le public les apprécient-ils ? Les matières premières (sable, terre), tout autant que les mélanges (plâtre, chaux, mortier, béton) ou les produits manufacturés (verre, plastique), participent de ce regard anthropologique.

– La vie des édifices. On a longtemps fait l’histoire des bâtiments en se focalisant sur la genèse de leur conception et sur leur forme. L’histoire des édifices après leur livraison (évolution,  transformation, réhabilitation, entretien, etc.) permet d’ouvrir l’histoire de l’architecture aux usagers (locataires, propriétaires). Si l’on parle de protection des oeuvres architecturales, il convient de s’interroger aussi sur les conflits nés postérieurement au chantier dans le cadre de la responsabilité des maîtres d’oeuvre, mais également sur ceux courant entre voisins par le jeu des servitudes entre parcelles contigües.

– Les transferts techniques. De tout temps, la circulation des objets, des savoirs et des représentations techniques dans le monde, par le biais des médias, par la mobilité professionnelle des individus et des peuples, par l’action des institutions politiques, par les procédés de duplication (la préfabrication) inscrit les « industries de l’architecture »4 dans un bouillonnement culturel favorable aux innovations technologiques qui permettent de proposer des formes nouvelles et des projets neufs toujours plus audacieux et présentés comme mieux adaptés aux évolutions de la planète, si ce n’est du marché.

La journée ambitionne de réunir des travaux qui entrent dans ces orientations communes à plusieurs disciplines du moment qu’elles placent les techniques de l’architecture au coeur de leur approche. Les propositions pourront concerner toutes les périodes et toutes les zones géographiques. La journée est ouverte aux doctorants en histoire de l’architecture issus des universités ou des écoles d’architecture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *