Journées d’étude « Tourisme culturel et détournements patrimoniaux » – Paris – 24-25 avril 2017

Journées d’étude « Tourisme culturel et détournements patrimoniaux »

Comité d’organisation : Julien Bastoen, Jean-François Cabestan, Pierre Chabard

Lieu : Institut national d’histoire de l’art (Salle Vasari, 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris) et Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette (Amphi 7, 144 rue de Flandre, 75019 Paris)

Date : 24-25 avril 2017

Programme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation par les organisateurs : La reconfiguration simultanée des paysages urbains et des pratiques patrimoniales sous l’effet des enjeux touristiques n’est pas un phénomène nouveau ; elle est aujourd’hui exacerbée à la fois par l’élargissement, jusqu’au vertige, du spectre de la patrimonialisation, par la multiplication des labels et marques touristiques, et par le chaos doctrinal qui ébranle désormais les certitudes acquises depuis la Charte de Venise (1964).
En effet, depuis la fin du XXe siècle, on constate l’accélération et l’universalisation de l’usage de procédés de détournement, fonctionnel et sémantique, éphémère ou irréversible, visant à “ajuster” le cadre bâti aux stratégies et aux imaginaires touristiques : recompositions ou
reconstructions décomplexées de monuments historiques et de centres anciens, au point d’entretenir la confusion avec les parcs à thème ; bâtiments ou sites reconvertis en équipements touristico-culturels, parfois jusqu’à la saturation programmatique et au mépris de l’oeuvre originale ; perspectives historiques protégées défigurées par des installations touristiques privées ; construction posthume d’œuvres dont les plans étaient restés dans les
cartons…
Certains de ces phénomènes ont même tendance à prendre de court les instances patrimoniales, quand celles-ci n’en sont pas les complices. Il en est ainsi de la mode des reconstructions “à l’identique”, dont l’organe consultatif de l’Unesco, l’Icomos, a dénoncé en 2011 l’exploitation commerciale avant de lancer, en 2014, une enquête internationale sur “les principes admis et les normes de reconstruction des monuments et des sites”.
En région parisienne, le remontage autofinancé de la flèche de la basilique de Saint-Denis, dont le principe a été récemment approuvé par le ministère de la Culture, mais aussi les reconversions prochaines de la Bourse du commerce et de Musée des arts et traditions populaires en lieux culturels et artistiques, soutenues chacune par un poids lourd de la philanthropie hexagonale, révèlent autant les lignes de forces contradictoires qui traversent
le champ architectural, qu’elles questionnent la capacité de ce type de projet à vocation touristique à transformer, de manière durable et vertueuse, le paysage, l’image et l’équilibre socio-économique des territoires qu’ils affectent.
Réunissant chercheurs, praticiens et activistes du patrimoine, ces matinées d’étude auront pour ambition d’apporter un éclairage historique à ces détournements tout en accordant une large place à l’actualité brûlante et au débat entre intervenants et discutants invités.
L’événement s’inscrit dans le cadre du programme de recherche exploratoire franco-espagnol « L’influence du tourisme sur la transformation de l’espace urbain : nouvelles fictions patrimoniales » (2016-2018), soutenu par la Casa de Velázquez-École des Hautes études hispaniques et ibériques et l’Universidad de Alcalá de Henares (Espagne).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *