Colloque international « L’entre-deux barres. Une ethnographie de la transformation des ensembles de logements collectifs par leurs habitants » – Cité de l’architecture et du patrimoine et ENSAPLV (Paris) – 27, 28 et 29 avril 2017

Colloque international « L’entre-deux barres. Une ethnographie de la transformation des ensembles de logements collectifs par leurs habitants »

Organisateurs : Cité de l’Architecture et du Patrimoine ; Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord ; ENSAPLV + LAA – UMR CNRS 7218 LAVUE ; ENSASE + GRF Transformations ; BRAU, MCC ; Programme Erasmus; atelier nelobo

Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine (Auditorium, 7 avenue Albert de Mun, 75016 Paris) les 27 et 28 avril et ENSAPLV (144 Avenue de Flandre, 75019 Paris) le 29 avril

Date : 27, 28 et 29 avril 2017

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Présentation par les organisateurs : La production de « Grands ensembles » après la 2nde guerre mondiale fut l’un des premiers actes de la globalisation urbaine. Cette forme d’habitat et d’urbanisation s’est disséminée en Afrique, Amérique Latine, ex-Europe de l’Est et de l’Ouest, en Asie, aux USA…, selon des filières à la fois géopolitiques (glacis soviétique, Françafrique…) et exportatrices (du procédé de préfabrication Camus au microrayon soviétique par exemple), ainsi que par la puissance du processus de standardisation des sociétés industrialisées. Les grands ensembles ont été l’une des matrices des mondes urbains contemporains. Comment leurs habitants ont-ils vécu l’imposition de ce modèle formaté et hégémonique ? Comment ont-ils entrepris de transformer ces quartiers, selon les sociétés, les gouvernances, les climats, les lois, les flux migratoires ?

Cinquante ans après la publication de l’ouvrage de Bernard Rudofsky, Architecture Without Architects : A Short Introduction to Non-pedigreed Architecture (1964), le colloque L’entre-deux barres a l’ambition de commencer à ajouter un chapitre urbain à cette ode aux bâtisseurs anonymes, en considérant les « faiseurs de ville » qui œuvrent dans les marges de la ville moderniste.

Vecteurs du projet moderne, ces formes urbaines imposées que furent les « grands ensembles » ont moins souvent suscité l’adhésion que la résistance, l’appropriation, la rectification des habitants. La ville d’avant a pu résister, ressurgir, parfois spectaculairement à travers les initiatives populaires. Nombre de grands ensembles ont ainsi évolué au rythme pendulaire de la production de lieux de vie par les habitants et de la reprise en main des mêmes espaces par les autorités.

Cette production inventive “hors norme” s’est développée en réaction au modèle mondialisé de la Modernité. L’entre-deux barres est un espace-temps de résistances populaires au projet moderne, d’inventions sociales et spatiales qui en contredisent les principes, en corrigent les erreurs et les impensés.

Aujourd’hui, le discours et la plupart des opérations portant sur cet héritage architectural et urbain sont ceux de la conservation (rénovation et/ou patrimonialisation) ou de la destruction. Partout dans le monde, les opérations d’urbanisme tendent à re-moderniser, par l’effacement des traces : en Mongolie, au Vietnam, au Sénégal et aussi en France. La ville planifiée reprend le dessus, reproduit une Nième tabula rasa, remet en ordre ce « désordre » issu de la pratique habitante, produit d’une urbanité sans urbaniste.

Face à ce retour du modèle moderniste, le thème central du colloque est l’examen de la production dite informelle de la ville qui s’est développée et se poursuit, entre deux barres, à travers la présentation de cas d’études, venus des cinq continents, étudiés par des équipes d’architectes et d’anthropologues.

Comment se produisent ces pratiques culturelles et sociales qui inventent, « rattrapent », transforment ? Que nous disent-elles, par leur résistance renouvelée, de la production des mondes urbains contemporains ?

Jeudi 27 avril

Planter le décor : le projet de la Modernité
Démesure – Mesure

Vendredi 28 avril

Faire ville
Habitants

Samedi 29 avril

De Banlieue 89 au programme ANRU, retour sur le cas français

La troisième journée du colloque international, dédiée à la situation française, se tiendra sur le site des 4000 de la Courneuve puis à l’ENSAPLV

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *