Appel à articles du deuxième numéro en ligne des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : « Migrations et exils des architectes, des urbanistes, des paysagistes à l’ère contemporaine » (date limite : 1er septembre 2017)

Appel à articles du deuxième numéro en ligne des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : « Migrations et exils des architectes, des urbanistes, des paysagistes à l’ère contemporaine »

Les articles seront envoyés par mail avant le 1er septembre 2017, au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations : contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Accédez à l’appel : CRAUP2_APPEL_ARTICLES

Annonce : À l’échelle des grands bouleversements tels que ceux connus par le monde au XXe siècle, la migration de l’architecte, de l’urbaniste, du ou de la paysagiste peut apparaître comme un épiphénomène. Pourtant, le nombre et la diversité de ces trajectoires révèlent sans aucun doute de riches enseignements à propos de la circulation des idées, des techniques et des savoir-faire à l’ère contemporaine. Qu’ils relèvent de la migration économique, de l’exil politique, de l’exode ou de l’évasion, ces « voyages subis » témoignent d’une histoire culturelle de ces différentes figures professionnelles qui nécessite d’être prise en considération. Sur le thème de l’exil et de la migration des intellectuels, la littérature scientifique – et les manifestations qui s’y rattachent – est abondante (1), mais le cas des architectes, urbanistes et paysagistes nécessiterait des enquêtes approfondies. À notre connaissance, les seules recherches qui étudient cette question précise s’intéressent principalement à la fuite des protagonistes lors de la montée des totalitarismes à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Les remarquables travaux de Nicolaï Bernd sur le cas des architectes allemands (2) fuyant le nazisme nous sont accessibles en allemand. Charlotte Benton a suivi les expériences des architectes exilés en Grande-Bretagne après 1930 et leur difficile intégration (3). On peut également noter quelques publications (en espagnol) autour des opposants à l’Espagne franquiste et exilés en Amérique latine (4). Or, s’il l’on s’est interrogé sur les transferts culturels conséquents aux exils de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale (5), une géographie des flux migratoires Nord-Sud/Est-Ouest/Amériques-Europe aux XXe et XXIe siècles reste encore à définir. Pour ce faire, on pourrait s’appuyer sur quelques parcours emblématiques mais aussi interroger, sous l’angle de l’histoire, de la géographie, des sciences humaines ou de la philosophie, ces phénomènes. Ce numéro thématique se propose d’interroger ces phénomènes de migration depuis l’analyse de leurs causes jusqu’à leurs conséquences à l’échelle individuelle, collective, nationale et internationale, et ce dans les dimensions d’ordre personnel, professionnel ou théorique. Pourquoi partir ? Tout d’abord, les raisons qui poussent ces professionnels de l’espace bâti, urbain ou paysager à partir sont à étudier : l’affirmation intellectuelle de la discipline et/ou l’engagement politique sont autant à prendre en compte que l’appartenance à une minorité menacée voire persécutée. La situation économique constitue également un motif décisif pour le départ : tout comme les crises politiques ou les situations d’urgence, la carence de structure de formation ou l’absence de débouché professionnel peut conduire à la fuite des cerveaux, lourde de conséquences pour les pays désertés. L’expérience vécue est une autre voie de développement : comment le déracinement et le choc culturel sont-ils vécus par les architectes, les urbanistes, les paysagistes ? Une fois partis, ceux-ci entretiennent-ils toujours un lien avec leur pays d’origine ? De quelle nature ?
La situation d’exil peut supposer des réorientations professionnelles. Quelles formes prennent-elles ? On sait que le design et la production théorique sont des domaines particulièrement investis par ces professionnels en situation d’exil

Accueillir
Quelles sont les obstacles et les possibilités qui se présentent aux architectes, urbanistes, paysagistes une fois arrivés dans le(s) pays d’accueil ? Face à ce phénomène d’immigration, quelles sont les politiques développées, qu’elles soient destinées ou non à faciliter un support (économique, juridique, administratif) ? Quelle est la part des institutions (musées, écoles d’architecture, instituts d’urbanisme, etc.) dans cette problématique ?
Les réseaux amicaux, politiques, professionnels, culturels, ou diplomatiques qui peuvent guider ces professionnels vers un pays d’accueil et/ou favoriser leur insertion seraient également à analyser. Des formes de communauté (politique, culturelle, voire identitaire, ethnique) ont-elles été observées ? Quels sont les impacts sur la culture architecturale, urbaine ou paysagère du pays d’accueil ? Dans quelles circonstances l’immigration des architectes, urbanistes ou paysagistes est-elle perçue comme une richesse ou comme un facteur de déséquilibre ?

Revenir de l’exil
Les situations d’exil peuvent être temporaires. Comment le retour au pays natal est-il envisageable ? Peut-il prendre la forme d’une « reconquête » ? Cette décision peut être accueillie avec bonheur ou rencontrer des résistances de la part des compatriotes. Le statut d’exilé et/ou de rescapé est également un facteur important dans la poursuite d’une oeuvre et d’une carrière. Les mouvements de solidarité tissés entre confrères et les cas de cooptation sont fréquents et mériteraient d’être aussi étudiés.
Cet appel à articles s’adresse aux communautés scientifiques des écoles d’architecture mais aussi à celles des universités françaises et internationales ; les contributions de chercheurs en histoire, histoire de l’art, géographie, philosophie et sciences humaines sont les bienvenues. Il se donne ainsi pour objectif de recueillir un ensemble de travaux qui rendent compte de la diversité des situations liées à l’exil et la migration touchant les acteurs liés à la conception de l’espace architectural, urbain et paysager. Les approches nouvelles, les études ouvrant des perspectives stimulantes et les corpus originaux seront privilégiés. (6)

1 Pierre Gras (dir.), Exils-créations, quels passages ? : actes du colloque [Villeurbanne, 13 octobre 2008], Paris : L’Harmattan, 2009. Jean-Pierre Morel, Wolfgang Asholt, Georges-Arthur Goldschmidt (dir.), Dans le dehors du monde : exils d’écrivains et d’artistes au XXe siècle : actes du Colloque de Cerisy, 14-21 août 2006. Paris : Presses Sorbonne nouvelle, 2010. Rachel Dickson, Sarah MacDougall, Forced Journeys : artists in exile in Britain c.1933-45 : Ben Uri gallery, the London Jewish museum of art, 21 January – 19 April 2009. London : Ben Uri gallery, the London Jewish museum of art, 2009.
2 Nicolai Bernd, Moderne und Exil : Deutschsprachige Architekten in der Türkei, 1925-1955. Berlin : Verlag für Bauwesen, 1998.
Nicolai Bernd (dir.), Architektur und Exil : Kulturtransfer und architektonische Emigration 1930 bis 1950. Trier : Porta Alba, 2003.
3 Charlotte Benton, David Elliott, Elaine Harwood, A Different World: Emigrés architects in Britain, 1928-1956, Londres, RIBA, Heinz gallery, 1995.
4 Juan José Martín Frechilla, Carlos Sambricio (dir.), Arquitectura española del exilio. Madrid : Lampreave, 2014.
Juan Ignacio del Cueto Ruiz-Funes, Arquitectos españoles exiliados en México. México : Bonilla Artigas Editores ; UNAM-Facultad de Arquitectura, 2014.
5 Jean-Louis Cohen, Architecture en uniforme : projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale, Montréal : CCA, 2011.

6. L’historiographie pourrait ici nous aider à mieux analyser ces inflexions, tantôt considérées comme des pis-aller, tantôt comme des épisodes particulièrement intenses dans l’histoire.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *