Appel à contribution pour le n°5 de la Revue internationale d’urbanisme : « L’urbanisme au prisme de la transition énergétique » (date limite : 31 août 2017)

Appel à contribution pour le n°5 de la Revue internationale d’urbanisme : « L’urbanisme au prisme de la transition énergétique »

Date limite de soumission d’articles : 31 août 2017

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Accédez au site de la revue : cliquez ici

Présentation extrait du site de Calenda : Le numéro 5 de la Revue internationale d’urbanisme sera consacré à « L’urbanisme au prisme de la transition énergétique ». Ce numéro vise à rassembler des travaux et des réflexions qui portent sur les changements à l’œuvre et interrogent les manières dont l’impératif de transition énergétique « est transformé par » et « transforme » l’urbanisme. Les auteurs ont jusqu’au 15 juin pour exprimer une manifestation d’intérêt. Les articles peuvent être soumis jusqu’au 31 août prochain.

Argumentaire : La question énergétique représente un défi contemporain majeur duquel les études urbaines comme les pratiques professionnelles de l’urbanisme ne peuvent se soustraire. Les territoires urbains, sont responsables d’une part importante des émissions de gaz à effet de serre et sont fortement consommateurs d’énergie. Ils sont également désignés comme les lieux principaux de la gouvernance et de l’opérationnalisation de la « transition énergétique ». Cependant, les mondes de l’énergie et de l’urbanisme, construits autour de disciplines, de logiques professionnelles et culturelles distinctes, tendent encore à s’ignorer. Les professionnels de l’urbanisme et de la planification sont toutefois appelés à donner corps à des transitions énergétiques, en réponse au changement climatique (Davoudi et al., 2009). Sur le plan de la recherche, l’analyse des relations entre villes et énergie reste à intensifier et à structurer, dans l’optique notamment de « ré-énergiser les études urbaines » (Rutherford and Coutard, 2014). Ces changements peuvent être abordés sous différents angles : les acteurs publics et privés (pratiques, représentations et cultures professionnelles, jeux de pouvoirs), les normes et cadres (réglementaires, juridiques, techniques), ainsi que les institutions qui structurent leur action. Les outils et les modes de représentation sont également des aspects importants de la construction de la transition énergique par les acteurs de l’urbanisme. Ils contribuent à sa formalisation et à sa stabilisation au sein de la profession. Trois axes thématiques sont privilégiés.

Normes, innovations, pratiques professionnelles et habitantes
La traduction des enjeux énergétiques en urbanisme passe par un recours à la normalisation, découlant ou non de procédés innovants. Ces processus induisent une modification des pratiques professionnelles mais aussi de celles liées à l’habitat, à la mobilité ou à la consommation.  On pourra par exemple questionner la capacité des opérations d’urbanisme telles que les quartiers durables (éco quartiers, smart growth, new urbanism) à produire de nouveaux modèles ou encore leur intérêt ou limites du point de vue de l’innovation, de la transformation professionnelle (Souami, 2009). Les implications sociologiques de la transition énergétique (Zelem, 2010), observées à travers les modes d’habiter (Subrémon, 2014), l’appropriation de nouvelles technologies (Poumadere, 2015), et ce qu’elles peuvent induire en termes de prescription comportementale (Shove and Walker, 2010), pourront être abordées du point de vue des enjeux socio-spatiaux qu’elles véhiculent.

Planification, gouvernements locaux et stratégies territoriales
La marge d’action des gouvernementaux locaux dans le domaine de l’énergie est limitée. La production et la consommation d’énergie reposent sur des systèmes socio-techniques établis (Hodson et Marvin, 2010) et souvent très centralisés (Poupeau, 2014). Pour autant, le développement de documents de planification institutionnels («planification énergétique ») et de démarches territoriales (par exemple les Territoires à énergie positive en France) a conduit à une appropriation récente de ces enjeux par les acteurs locaux et au développement de modes de gouvernement urbains spécifiques (Bulkeley, 2013 ; While, 2008). Les travaux théoriques et empiriques analysant ces démarches seront bienvenus, de même que ceux qui s’intéressent aux outils et dispositifs, qui accompagnent ces démarches (Schémas directeurs, energy mapping).

Exercices de projection et circulations des modèles
L’action locale est réinterrogée dans sa capacité à prendre en compte des futurs énergétiques incertains, parfois controversés. Ce numéro est l’occasion de discuter des exercices de projection et des orientations prescriptives ou analytiques, telles que les « villes post-carbone » (Futuribles, 2013) ou les scénarii de « transition énergétique » (Debizet et al, 2016 ; Scarwell, 2015, Labussière Nadaï, 2015). L’apport de mouvements sociaux tels que « villes en transition », mais aussi le développement de modèles et de discours autour de la « ville intelligente », participent également de cette projection dans une perspective de changement climatique ou de transition écologique.

L’évolution des pratiques, qu’elles concernent la production physique de la ville ou la conduite de stratégies et politiques urbaines, sont l’objet de circulations et d’échanges transnationaux (Emelianoff, 2013). Des analyses à des échelles et de contextes variés et comparatifs permettent d’appréhender le poids de contextes spécifiques (Jaglin and Verdeil, 2014), de mettre en exergue des convergences et divergences, de saisir l’importance de prescriptions internationales, dans la conduite de l’urbanisme travaillé par les enjeux énergétiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *