Soutenance de thèse de Martine Tixier : « La référence dans la formation du projet architectural et urbain. Identification d’un référentiel dans les pratiques d’enseignement des ENSA françaises (Bordeaux, Saint-Etienne, Paris Belleville) » – Université de Toulouse (Jean Jaurès) – 01 juillet 2017

Soutenance de thèse de Martine Tixier : « La référence dans la formation du projet architectural et urbain. Identification d’un référentiel dans les pratiques d’enseignement des ENSA françaises (Bordeaux, Saint-Etienne, Paris Belleville) »

Lieu : Université de Toulouse (Jean Jaurès)

Date : 01 juillet 2017

Membres du jury :

Clara SANDRINI : Maître-Assistante à l’ENSA-Toulouse (Directrice de thèse)

Jean-Louis VIOLEAU : Professeur à l’ENSA de Paris-Malaquais(rapporteur)

Chris YOUNES : Professeur à l’ENSA de Paris La Villette (rapporteur)

Panos MANTZIARAS : Fondation Braillard Architectes de Genève (personnalité extérieure)

Alain MARCHIVE : Professeur émérite de l’Université de Bordeaux (membre du jury)

Résumé de la thèse : Cette recherche s’inscrit dans une volonté de lecture de la formation au projet architectural et urbain dans les écoles françaises tant d’un point de vue pédagogique que didactique.  Il s’agit d’identifier les principaux courants d’enseignement transversaux aux ENSA. Pour ce faire nous nous appuyons sur les références modernes comme outil d’identification, élément transversal de tous les enseignements de projet. Nous supposons un lien intrinsèque entre référence, formes de réinterprétation des références et construction des référentiels. Pour vérifier nos hypothèses nous avons cherché à comprendre les grandes périodes historiques de l’enseignement, structurantes de notre modèle actuel. Puis nous avons suivi durant un semestre 6 ateliers issus des ENSA de Bordeaux, Saint-Étienne et Paris Belleville, chacun marqué par une forme de réinterprétation des références. Si la référence apparaît bien comme un outil d’identification propre au projet d’architecture, et que plusieurs formes de réinterprétation sont identifiables (formelle, constructive, méthodologique et valorielle), il n’est plus possible d’identifier des référentiels d’enseignement. La didactique et la pédagogie construisant auparavant le référentiel sont aujourd’hui multiples. De plus la notion de situation intègre l’étudiant dans son processus d’apprentissage. Si nous ne parlons plus de référentiel d’enseignement, nous emploierons le terme de référentiel de compétence pour identifier les transversalités. Cette identification s’adresse à la fois aux enseignants dans le but de positionner leurs pratiques, mais aussi aux étudiants pour qu’ils comprennent les attendus de l’enseignement qui leur est prodigué. Cette recherche souhaite donc réinstaurer un dialogue entre les acteurs du projet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *