6ème congrès Asie – Siences Po (Paris) – 26 au 28 juin 2017

6ème congrès Asie

Comité d’organisation : Pour le GIS Asie : Sebastien Lechevalier, Jean-François Huchet, Claire Le Poulennec, Gosia Chwirot, Catherine Bastien-Ventura, Richard Aroquiame, Clément Pitorre, Céline Bénéjean / Pour le CERI : Karoline Postel-Vinay, Bayram Balci, Hélène LeBail, Nathalie Tenenbaum

Lieu : Siences Po, 27 rue Saint-Guillaume,  75007 Paris

Date : 26 au 28 juin 2017

Accédez au site du congrès : cliquez ici

Présentation par les organisateurs : Le congrès est un lieu de rencontres entre chercheurs de différentes disciplines, qui travaillent sur des aires culturelles distinctes ou encore entre chercheurs français et étrangers, entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés. Pour l’édition de 2017, un millier de participants sont attendus.

Le programme se compose de sessions plénières ou semi-plénières– conférences, tables rondes – ainsi que de sessions parallèles – ateliers autours de résultats de recherche récent ou de présentations d’ouvrages et/ou revues récemment parus. Près de 170 sessions d’ateliers sont programmées, où toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont représentées (histoire, géographie, anthropologie, linguistique, sociologie, économie, droit, sciences politiques etc.). Les ateliers sont regroupés en une quinzaine de parcours thématiques, notamment sur l’aménagement du territoire, les migrations, les questions de genre.

dont atelier le mercredi 28 juin, 09:00 – 10:30 et 16h-17h30A – Les mots du patrimoine en Asie du Sud-Est : désigner et concevoir autrement (1) – Coord. Nathalie Lancret & Adèle Esposito : cliquez ici

Résumé de cet atelier : L’action patrimoniale est un vecteur puissant d’internationalisation de la production des espaces habités, ne serait-ce que par ses incidences économiques dans le domaine du tourisme. En contrepoint des programmes patrimoniaux se revendiquant de valeurs universelles, on assiste cependant en Asie du Sud-Est à l’élaboration de propositions prenant appui sur des notions et pratiques singulières qui réagissent aux effets de normalisation « globale ». .

Notre réflexion sera centrée sur ces propositions appréhendées comme manifestations d’un « pouvoir de concevoir l’autre » (Segalen 1978), au regard de la diversité des univers culturels, sociaux et linguistiques propres à l’aire sud-est asiatique, à partir d’études de cas situées en Thaïlande et en Indonésie. Une attention particulière sera portée aux situations de conflits – de référentiels, de pratiques de restauration, d’usages – suscités par des projets architecturaux, urbains et paysagers en décalage, voire en contradiction avec les manières de penser et de faire des usagers des lieux. Considérées comme « tiers-espaces » du patrimoine, (Bhabha 1994), ces situations seront approchées sous l’aspect de leur potentiel d’innovation et de renouvellement des dispositifs et des pratiques du patrimoine.

Les communications examineront ce qui se joue, en ces circonstances, dans les formes langagières autour des projets, leur circulation et leurs échanges, à partir des mots utilisés, parfois revendiqués pour désigner le patrimoine : ceux qui permettent l’expression d’acceptions, de valeurs et de pratiques particulières, ceux qui sont l’objet de controverses et ceux qui présentent des difficultés de traduction entre les textes internationaux et nationaux.

La proposition repose sur une démarche pluridisciplinaire qui associe architectes, urbanistes, géographes, paysagistes, juristes et linguistes. Elle présentera les résultats de la recherche « Les mots du patrimoine dans le projet architectural et urbain en Asie du Sud-Est. Circulation, réception, création » réalisée dans le cadre de l’appel à projets du ministère de la Culture, en partenariat avec des chercheurs et des universitaires indonésiens et thaïlandais.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *