Appel à contribution « Villes en guerre. L’urbanité moderne à l’épreuve du conflit (1800-191 4) (colloque de Francfort) » (date limite : 30/09/2017)

Appel à contribution « Villes en guerre. L’urbanité moderne à l’épreuve du conflit (1800-191 4) (colloque de Francfort) »

Date limite : 30/09/2017

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Date du colloque : du 31 mai au 2 juin 2018
Lieu : Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt am Main
Contact: Dr. Frank Estelmann (université de Francfort), PD. Dr. Henning Hufnagel (université de Zurich), Prof. Dr. Olaf Müller (université de Marburg), Dr. Aurore Peyroles (IFRA)

Extrait : Que devient l’urbanité face à la guerre ? La ville n’a jamais été tenue à l’écart des conflits : assiégée, pillée, incendiée, elle a souvent subi les attaques des belligérants au cours des siècles. La perspective de la guerre a d’ailleurs longtemps décidé de la physionomie même des villes, l’horizon défensif façonnant les projets urbains. Les conflits modernes brouillent cependant un peu plus la fragile frontière entre arrière et front, la ville devenant le théâtre ou la toile de fond des affrontements : la guerre peut alors toucher toutes les composantes de l’espace urbain. Or
qu’arrive-t-il à la ville, en tant qu’urbi, espace de sociabilité urbaine, mais aussi en tant que polis , espace politique, quand la guerre surgit en son sein ? Quelle « invention du quotidien » urbain, pour reprendre l’expression de Michel de Certeau, autorise ou empêche-t-elle ? En retour, la ville configure dans une certaine mesure les visages de la guerre, modifiant les modalités des affrontements (les plans militaires doivent s’adapter aux plans urbains, tenir compte d’une géographie souvent plus compliquée que celle des champs de bataille), mais aussi la perception et la définition de l’adversaire. Quand ce dernier n’est plus seulement une armée, mais une population civile et urbaine, les rapports noués avec lui sont d’une nature nécessairement complexe. Qu’elle soit le théâtre de s combats de rue ou celui des parades des vainqueurs, la ville rend en effet inévitable la rencontre de l’autre qu’il s’est agi de vaincre. Sa conquête est à la fois preuve de la victoire, symbole de domination d’un peuple, et découverte d’une forme d’altérité, qui peut être fascinante. Au prisme de leurs représentations littéraires et historiques, les villes en guerre constituent ainsi des décors singuliers, propices à l’exacerbation des sentiments, à l’exaltation des valeurs, à l’intensité des aventures. Souvent liée à des enjeux idéologiques, leur évocation n’est jamais anodine : que ce soit pour chanter les villes martyres, victimes de l’ennemi, ou, au contraire,  pour justifier une entreprise de conquête, la ville en guerre joue un rôle stratégique dans les discours, contemporains ou rétrospectifs, qui la mentionnent. Dans quelle perspective, au double sens d’objectif et de point de vue, est-elle représentée ? Quelles sont les modalités narratives de son surgissement ? Quelle écriture de l’histoire se déploie dans son évocation ? Quel rapport entre fiction et non fiction, entre témoignage et romanesque s’y noue-t-il ?
Ce sont ces interrogations que souhaite lancer ce double colloque, qui se déroulera en deux temps : une première session consacrée au XIX e siècle aura lieu à Francfort fin mai 2018 et sera
prolongée par une session consacrée au XXe qui se tiendra à Zurich en novembre 2018.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *