« La conscience du lieu » / Alberto MAGNAGHI, Ed. Eterotopia, juillet 2017 (Livre)

« La conscience du lieu » / Alberto MAGNAGHI, Ed. Eterotopia, juillet 2017, 1 Vol. (224 p.), ISBN: 979-10-93250-19-9

Accédez au site de l’éditeur : cliquez ici

Résumé par l’éditeur : Ce livre sort trois ans après la publication, dans la même collection, de La Biorégion urbaine. Les thèses de ce volume ont suscité en France un débat public très approfondi qui a intéressé des chercheurs comme Françoise Choay, Augustin Berque, Thierry Paquot, Gilles Clément, Pierre Donadieu, Albert Levy, Christian Tamisier, Maurizio Gribaudi, Tiziana Villani, Makan Rafatdjou, Guillaume Faburel, Agnès Berland-Berthon, Yvon Le Caro et beaucoup d’autres. Nombre d’entre eux ont donné vie au Réseau des territorialistes français, qui est lié, sous une forme autonome, à la Société des territorialistes, une association multidisciplinaire active depuis 2010 dans plusieurs universités et instituts de recherche italiens. Le débat n’a pas attiré uniquement des chercheurs, mais aussi des professionnels et surtout des étudiants qui, à plusieurs reprises et dans différents stages, ont tenté une comparaison de l’application des méthodes d’analyse et des projets des territorialistes dans divers contextes territoriaux, en particulier des méthodes de construction de la biorégion urbaine. À quelle idée de territoire proposons-nous de retourner ? J’ai affirmé ailleurs que le milieu humain, le territoire, est un néo écosystème vivant. Les villes, les collines en terrasses, les campagnes travaillées et les forêts cultivées ont des métabolismes qui se transforment au fil des civilisations qui se succèdent, mais dans touts cas, des métabolismes qui caractérisent les structures vivantes. Ainsi, en tant que produit d’une relation entre vivants (l’homme et la nature), le territoire est continuellement nourri et soigné ; sinon il peut tomber gravement malade et même mourir lorsque la relation synergique s’interrompt, comme dans les phases de crise des civilisations, et renaître seulement grâce aux nouvelles formes de soins pratiquées par la civilisation suivante.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *