Appel à communication concernant le colloque « La transition énergétique et la résilience des territoires : Planifier, construire, expérimenter » (date limite : 6 octobre 2017)

Appel à communication concernant le colloque « La transition énergétique et la résilience des territoires : Planifier, construire, expérimenter » 

Date limite : 6 octobre 2017

Accédez à l’appel : Appel_JE_Transition_Energie

Lieu du colloque : Saint-Brieuc

Date du colloque : 24 novembre 2017

Contact : Marc DUMONT : marc.dumont@univ-lille1.fr, Sophie RANNOU : sophie.rannou@univ-rennes2.fr

Argumentaire : L’énergie, au côté d’autres thématiques comme l’alimentation ou la mobilité, s’est sensiblement imposée ces deux dernières décennies dans le domaine d’action des politiques territoriales et urbaines en Europe. Les raisons sont connues, certaines bien identifiées (changements climatiques, visée d’un développement soutenable, récession économique), d’autres plus complexes (inflexions de l’interventionnisme d’État dans le domaine de l’énergie, rôle croissant de nouveaux acteurs, quête de relative autonomie dans un contexte géopolitiquement et techniquement incertain, émergence de nouvelles problématiques techniques telles que la valorisation des déchets). En parallèle celle-ci s’est accompagnée de l’émergence d’un horizon d’incertitudes et de discontinuités majeures à venir pour les territoires, sous l’effet des changements climatiques autant que de leur dépendance aux énergies fossiles. Dans ce contexte, les objectifs de résilience engagés par les politiques publiques via la transition énergétique prennent une teneur particulière, visant à répondre à des objectifs atteignables à moyen et long termes pour améliorer la capacité des territoires à faire face à ces ruptures. Les constats de l’impossible anticipation complète des différents changements à venir, autant que la confirmation d’un certain nombre d’irréversibilités (comme la réduction progressive des ressources énergétiques épuisables) sont à la base de la « transition énergétique ». Celle-ci traduit entre autres la tentative de définition par des décideurs de stratégies de résilience, d’adaptation des territoires à l’imprévu plutôt que de résistance à des perturbations non maîtrisées. Ces stratégies de résilience visent à maintenir durablement l’équilibre de leur territoire (fonctions, attractivité, culture…) autant qu’à renforcer leurs capacités de réaction et d’adaptation face aux phénomènes de rupture que peuvent induire les incertitudes climatiques et énergétiques. Dans le contexte européen, deux attitudes ont jusque là cohabité bon gré mal gré : l’intégration forcée des thématiques énergétiques dans les formes classiques de planification, parallèlement à une expérimentation foisonnante en matière d’énergie que ce soit dans l’architecture et la construction, dans le renouvellement des sources possibles, dans les systèmes de gestion, de distribution, de consommation. Ce recours à l’expérimentation s’explique entre autres par la nécessité d’innover dans un domaine d’épuisement ou de contestation de certaines technologies (nucléaire…) et d’ouverture de nouveaux marchés. Autant dans le cadre de la planification que de celui de l’expérimentation, la composante géographique, spatiale, gagnerait largement à être mieux connue et ses différents enjeux mieux identifiés tant la « territorialisation » de l’énergie se révèle être une question complexe. La question de l’énergie ne se pose pas de la même manière suivant les territoires, leur potentiel énergétique, leurs trajectoires socio-économiques, leurs cultures politiques et administratives ou encore des relations entre acteurs publics et privés. Par ailleurs, la localisation de nouvelles sources d’énergie dégagerait des voies pour l’urbanisme encore mal identifiées – au point de s’y méprendre – comme celle de la transposition à l’énergie des modèles TOD (« transit-oriented development ») comme semblent le profiler certains modes de traitement des réseaux de chaleur.
Dans le domaine opérationnel, les acteurs publics et privés avouent aussi leur relative incapacité à maîtriser ce que seraient, par exemple, des planifications énergétiques à l’échelle d’un secteur d’aménagement, autrement qu’en termes de référentiels ou schémas d’intention, ou la reproduction trait-à-trait de modèles clé en main. Le secteur de l’architecture reste encore quant à lui souvent cantonné à des innovations technologiques (performance énergétiques) ou l’intégration de normes, à l’adaptation de dispositifs techniques ou bien traité sous le volet social d’une sociologie de l’habitat sensible à des thématiques telles que la précarité énergétique des ménages. Ce qui interroge, cette fois sous un angle plus spatial, la notion très large, autant incantatoire que concrète, de « transition énergétique », recouvrant autant les inflexions des modes de vie, l’élaboration de nouveau modèle et site productif, l’entrée de l’énergie dans les politiques locales, ou encore le changement de sources et de technologies et – de manière élémentaire – de territorialisation. La transition énergétique des territoires n’est-elle qu’une question « d’intégration » à différents niveaux (territoire, ville, bâtiment) d’une question qui apparaîtrait davantage comme une nouvelle contrainte qu’autre chose ? Ou bien dans certains cas, illustre-t-elle l’émergence de formes différente de production, de valorisation, de résilience des territoires ? Il est opportun de ré-ouvrir ces questions au moment où en progressent d’autres sur les « ressources urbaines latentes » des territoires, désactivées par les cycles accélérés et successifs du capitalisme des dernières décennies ouvrent sans doute de nouvelles voies (valorisation des déchets).

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *