Appel à contribution « Transitions énergétiques et climatiques : enjeux, débats et expérimentations en cours », Revue « Lien social et Politiques » n°82, printemps 2019 (date limite : 15 décembre 2017)

Appel à contribution « Transitions énergétiques et climatiques : enjeux, débats et expérimentations en cours », Revue « Lien social et Politiques » n°82, printemps 2019

Date limite : 15 décembre 2017

Accédez à l’appel : cliquez ici

Extrait de Calenda : Les discours sur la « transition » énergétique et climatique occupent aujourd’hui une place croissante dans le débat public, en particulier dans les secteurs de la production d’énergie, de la mobilité, de la construction et de l’aménagement du territoire. Les grandes villes semblent particulièrement concernées : Paris, par exemple, souhaite s’afficher comme l’une des capitales de la lutte contre le réchauffement climatique dans la foulée de la COP 21. D’autres villes et régions, certains États, mais aussi des acteurs citoyens, communautaires ou privés se montrent actifs dans la construction d’un espace public plus en phase avec les nouvelles contraintes environnementales.

À l’échelle locale, le choix d’une urbanisation plus compacte et la promotion de l’écomobilité (offre de transports publics, promotion du vélo, mise à disposition de véhicules partagés, expansion de zones piétonnes…) font souvent figure de leviers privilégiés. Les débats publics et mobilisations sociales entourant ces modalités d’action montrent que plusieurs enjeux s’y entremêlent : sobriété énergétique et réduction de l’empreinte carbone certes, mais aussi efficacité et sécurité dans les déplacements, amélioration de la qualité de l’air, revalorisation d’espaces publics auparavant occupés par la voiture, voire l’expansion de la biodiversité urbaine. Dans d’autres contextes, c’est la question de la production de l’énergie qui occupe de plus en plus les débats, que ce soit pour contester certaines sources énergétiques (pétrole non conventionnel, gaz de schiste, hydroélectricité) ou pour promouvoir l’exploitation d’énergies renouvelables (projets d’éoliennes, de méthanisation, de géothermie, de photovoltaïque…). Là encore, le paradigme de la « transition » semble de plus en plus utilisé, même si les objectifs apparaissent souvent emmêlés : impératif de réorientation sous l’influence de la question climatique, mais également, dans certains cas, reconquête d’une souveraineté communautaire, citoyenne ou territoriale, sans exclure la quête de nouveaux profits financiers au sein d’un marché en transformation.

Ces processus complexes de « verdissement » des politiques énergétiques, de mobilité ou d’aménagement sous le vocable de la « transition » interrogent directement les sciences sociales : qu’ont-ils réellement en commun ? Qui les anime et avec quels objectifs ? Et à quel point ces pratiques transforment-elles les rapports sociaux ? Le flou conceptuel qui entoure souvent la notion de « transition » (qu’elle soit définie comme énergétique, post-carbone ou socioécologique), le prisme techniciste qui a longtemps prévalu dans l’analyse, et les logiques de communication qui se greffent aux pratiques peuvent nuire à une appréhension efficace de ces dynamiques. Cependant, depuis quelques années, les travaux soucieux d’éclairer les logiques de « transition » se multiplient, sans occulter ses ambiguïtés ou ses compromis. Ils s’intéressent au rôle de la diversité des contextes territoriaux, des structures sociales, de l’activisme d’entrepreneurs de cause — économiques, politiques, sociaux, scientifiques – acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux — dans la mise à l’agenda de ces politiques. Ces travaux ont contribué à mettre en doute le caractère plus ou moins démocratique des expériences de « transition », en soulignant notamment le risque du renforcement des inégalités sociales qui peut les accompagner.

Ce numéro se situe dans la continuité de ces analyses avec une double intention :

Rassembler des travaux empiriques consacrés à des pratiques concrètes de « transition » énergétique et climatique (en incluant le champ de la mobilité), institutionnelles ou non, de manière à mieux saisir la dynamique des politiques et expérimentations en cours dans une variété de contextes ;
Donner à réfléchir, à partir de cas d’étude, sur la diversité des significations, le rôle des rapports de pouvoir et la multiplicité des conséquences sociales des trajectoires de « transition », en s’interrogeant notamment sur les enjeux d’inégalité et de précarité qui les accompagnent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *