Appel à texte pour un numéro spécial de la revue TÉOROS : « Coprésences, conflits, complémentarités dans les usages des lieux par les touristes et les habitants » (date limite : 28 février 2018)

Appel à texte pour un numéro spécial de la revue TÉOROS : « Coprésences, conflits, complémentarités dans les usages des lieux par les touristes et les habitants »

Coordination du numéro : Marie Delaplace (Lab’Urba, UPEM), Pierre-Olaf Schut (ACP, UPEM), Nacima Baron (LVMT, UPEM), Groupe « Ville Tourisme Transport et Territoire » du Labex Futurs Urbains de l’Université de Paris Est

Date limite : 28 février 2018

Extrait de l’appel : Les usages des lieux sont liés à des mobilités de plus en plus massives et complexes qui s’inscrivent dans des temporalités plurielles. Résidents, touristes, se croisent, se rencontrent, se lient, se complètent, s’ignorent ou entrent en conflit dans ces lieux. La multiplicité des usages marque ainsi les lieux visités. Ces usages rendent compte des représentations ainsi que des pratiques touristiques et résidentielles. L’appropriation du lieu par les différents populations présentes peut provoquer des conflits d’usage s’inscrivant dans des temporalités diverses (journée, saison, etc.) et ce particulièrement durant des pics de saisonnalité, des évènements exceptionnels, etc..
Ces usages, leur coexistence ou leur confrontation se déploient dans différents types de territoires : des espaces publics ouverts (la plage, les places, etc.), aux espaces privés fermés (parc d’attractions, complexes hôteliers, etc.). Les territoires touristiques peuvent se transformer en lieux de confrontations et/ou de concurrence pour l’usage des ressources ou l’accès au logement mais aussi en raison du dimensionnement des réseaux (réseaux de transport, d’eau, d’assainissement, etc.). Mais les touristes font aussi entrer des revenus dans les territoires (Davezies, 2008, Terrier, 2009) contribuant à accroître la demande de biens et de services sur un territoire donné qui rend possible une offre de services, d’activités et/ou des équipements qui ne l’aurait pas été ou plus difficilement sans eux. C’est le cas en matière d’hébergement (hôtels ou chez les particuliers (cf. AirBnB) ou de restauration. L’évènementiel ou encore le tourisme sportif peuvent induire la construction d’équipements dont bénéficieront ensuite les populations et inversement. Dans des situations de tensions, de conflits avérés ou à venir, susceptibles de compromettre la pérennité de la destination touristique, la gestion voire l’organisation de cette coprésence peut générer une demande sociale de régulation (Reynaud, 1997) qui appelle différents modes de gouvernance. Les acteurs privés ou publics sont amenés à gérer et réguler ces situations de (potentielles) tensions dans le cadre d’une action organisée et institutionnalisée ou d’arrangements locaux (Friedberg, 1997). Mais cette coprésence de groupes d’individus en situation de mobilité ou d’immobilité nécessite des opérations d’identification, de comptage, de simulation et de représentation. L’enregistrement des présences et des mouvements par des moyens technologiques de plus en plus diversifiés (mobile phone, GPS, etc., (Edwards and Griffin, 2013, Saluveer et al., 2012, Pucci, 2013) et leur stockage numérique (big data) viennent s’ajouter aux méthodologies traditionnelles. Ces méthodologies nouvelles posent plusieurs enjeux scientifiques : identification et statut des individus ou groupes, formes de la représentation spatiale ou cartographique  de leur coprésence, modélisation temporelle et spatiale des flux….

Les propositions d’articles – théoriques et/ou empiriques – pourront s’inscrire dans l’une ou l’autre de ces thématiques et pourront relever de différentes disciplines (aménagement-urbanisme, économie, géographie, histoire, sociologie, etc.). Ils pourront porter sur différents types de territoires (urbain, de montagne, littoral, rural, etc.) en France ou à l’étranger et différents types de tourisme (de masse, évènementiel notamment sportif, etc.) et de touristes (domestique, étranger, type de CSP, etc.)

Le traitement d’une des questions suivantes est attendu mais d’autres peuvent être proposées :
– Quels sont les coûts, les avantages liés à la coprésence des résidents et des présents temporaires sur un territoire
donné ?
– Quels outils pour identifier et mesurer cette coprésence ?
– Quelles conséquences pour les habitants permanents de la mise en tourisme de leurs lieux de résidence?
– Les usages des lieux par les touristes et les habitants sont-ils décalés et complémentaires ou simultanés et
conflictuels?
– Comment les aménageurs et urbanistes peuvent concevoir et concilier ces usages des lieux ?
– Quelles régulations possibles dans les différents types de territoires ?
– Quelles sont les réponses de la smart city face aux usages multiples des lieux par des populations différentes

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *