Audition en vue de l’obtention du grade de docteur par la validation des acquis d’expérience (VAE) de Raphaël Ménard, enseignant de l’école d’architecture de la ville et des territoires, ingénieur polytechnicien, diplômé des Ponts : « Energie, Matière, Architecture » – Ecole d’architecture de la ville & des territoires (Marne-La-Vallée) – 16 novembre 2018

Le jury est composé de :

•             Monsieur Jean-Pierre Levy, enseignant-chercheur, directeur de recherche, CNRS, président du jury

•             Madame Marjorie Musy, directrice de recherche, Cerema, Nantes, rapporteur

•             Monsieur Mindjid Maïzia, enseignant-chercheur, université de Tours, rapporteur

•             Monsieur François Fleury, enseignant-chercheur, ENSA de Rouen, rapporteur

•             Madame Caroline Gallez, directrice de l’EDVTT, IFSTTAR, membre permanent de l’UPE

•             Monsieur Marcel Pariat, référent VAE

•             Monsieur Robert Le Roy, enseignant-chercheur, ENSA Paris Malaquais, directeur de thèse

Résumé : Cette thèse explore les relations entre l’architecture, l’énergie et la matière. Elle analyse l’influence de la disponibilité des matières et des énergies sur les métamorphoses de l’architecture au cours des âges. Elle présente les fondements d’une architecture renouvelable et d’un urbanisme soutenable, capables de s’affranchir des énergies fossiles et des matières non renouvelables. À cette fin, ce travail crée un pont entre deux approches : d’un côté celle issue d’une culture technique, auscultant la durabilité par des métriques de soutenabilité, de l’autre, par des réponses fruits de l’art de concevoir, de la culture du projet, d’une approche humaine et qualitative des enjeux environnementaux. La première partie « Une histoire en sept temps » consiste en une brève histoire de l’architecture, narrée selon sept séquences (du temps I au temps VII), dont le postulat est le suivant : la disponibilité et l’usage des énergies et des matières, leur caractère renouvelable ou non, sont les déterminants essentiels de l’art de bâtir et d’aménager. Selon cette dissection chronologique, en comparant les flux d’énergies et de matières, cette partie analyse sur un même plan plusieurs références à travers les âges. La deuxième partie « Éléments d’architectures renouvelables » propose des chapitres plus techniques, permettant d’aller plus loin sur les aspects quantitatifs du temps VII, ce nouveau paradigme de soutenabilité, intégrant également les contingences de l’urgence climatique. Pour cela, cette section fournit des outils pour dimensionner et proportionner un art de « concevoir renouvelable », à l’aune de quelques invariants terrestres. Toutefois, sans pouvoir « donner forme » à ce temps VII, la troisième partie « Projets illustrés » décortique des expériences personnelles, réinterrogées selon les résultats des deux parties précédentes. Ce choix de projets, au cours de vingt années de pratique, illustre un large spectre d’expérimentations, de la petite jusqu’à la grande échelle, avec un regard rétrospectif volontiers critique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.