Parutions de « Architecture: mettre en forme et composer » / Conférence de Jacques Fredet – ENSA Paris-La-Villette – 6 décembre 18h30

A l’occasion de la parution des 7 premiers volumes de l’ouvrage de Jacques Fredet (présenté dans le flyer ci-dessous), les Éditions de la Villette vous convie à la conférence de l’auteur jeudi 6 décembre à 18h30, amphi 11, ENSA Paris La Villette.

Accédez à l’information sur le site de l’ENSAPLV : Architecture: mettre en forme et composer

L’ouvrage en 13 volumes rassemble et commente les principes, concepts et opérations élémentaires de la mise en forme du projet architectural. Ces derniers sont mis en évidence à travers l’examen d’exemples significatifs puisés dans l’histoire. Il s’agit de dégager et d’énoncer les outils fondamentaux de l’architecture au seuil d’une mutation profonde de la profession d’architecte. L’auteur entend exposer à ceux qui partagent aujourd’hui la responsabilité sociale de concevoir un bâtiment un certain nombre de domaines hérités qu’ils ne savent plus faire ou ne veulent pas faire.La mise en forme d’édifices est un sujet peu traité, voire maltraité. Mettre en forme implique l’action de composer, dans tous les sens de ce mot, qui diffère de ce que l’on appelle souvent créer. En effet, il n’y a qu’une part modeste d’invention dans la plupart des travaux d’un architecte, comme le rappelait Adolf Loos.Les principes, concepts ou opérations de base de la mise en forme et de la composition sont volontairement introduits par le truchement du dessin d’architecture en tant que mode codifié (plan, coupe, élévation). Cet ensemble coordonné de projections ortho-graphiques sert à explorer et représenter un projet ou un bâti préexistant grâce à une faculté à composer que l’œil acquiert lorsqu’il est associé à la main.Les thèmes sont exposés en partant de l’intérieur du champ de l’architecture, dans son propre langage dessiné et discursif, parfois prétendu « savant ». Les trois cent soixante-dix-huit planches se combinent avec le texte tout en pouvant être consultées indépendamment. Elles couvrent un grand nombre d’études de cas développées tout au long de l’ouvrage, exemples puisés tant dans la période contemporaine que dans les époques préindustrielles : de Palladio à Mies van der Rohe, de Boromini à F. L. Wright, de Le Pautre à Rietveld ou encore d’Aalto à van Eyck.L’auteur esquisse le champ de la morphologie architecturale, notamment les différentes géométries qui la sous-tendent en utilisant une méthode des tracés, présentée dès le début, avec trois monographies : la maison Fisher de Louis I. Kahn, la villa Müller d’Adolf Loos, une résidence aristocratique de François Franque. Sont ensuite exposées les catégories architecturales, énoncées par Vitruve et reformulées par Alberti comme par ceux qui s’en réclament. L’idéologie fonctionnaliste qui sous-tend la production actuelle est remise en cause, tout comme certaines esthétiques qui en dérivent. Les différentes acceptions de l’expression « espace bâti » sont ensuite précisées. Les opérations élémentaires de la composition sont commentées à l’aide d’exemples appropriés. Les parcours spatio-temporels sont révélés par l’analyse de la composition de trois jardins : celui de la villa d’Este, l’Ermitage de Katsura et celui de la maison Beaumarchais.La mécanisation actuelle du travail intellectuel de conception est analysée par rapport à la stratégie des adeptes de l’industrie du numérique dans leur tentative d’asseoir une nouvelle bureaucratie planétaire.Mettre en forme et composer invite le lecteur à aiguiser son jugement. Il n’est pas obligé de souscrire au point de vue de l’auteur. Mais pour le réfuter, il lui faudra affûter ses arguments.

Jacques Fredet. Architecte diplômé de l’École des beaux-arts de Paris, il suit à l’université de Philadelphie l’enseignement de Louis I. Kahn avant d’intégrer son agence pendant trois ans. Ensuite, il enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville. Il s’est spécialisé dans la connaissance de la construction des bâtiments anciens (diagnostic de leurs structures et pathologies) et dans l’étude des logiques spatiales de composition. Il a publié un Guide du diagnostic des structures dans les bâtiments d’habitation anciens (éditions Le Moniteur, en collaboration avec J.-C. Laurent) et Les Maisons de Paris : types courants de l’architecture mineure parisienne de la fin de l’époque médiévale à nos jours (éditions de l’Encyclopédie des nuisances).



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.