Soutenance de thèse de Marilena Kourniati : « Des congrès internationaux d’architecture moderne à TEAM 10 : une autre génération intellectuelle » – Académie d’Architecture (Paris) – 17 décembre 2018

Accédez à l’annonce : Soutenance de thèse de Marilena Kourniati

Soutenance de thèse de Marilena Kourniati : « Des congrès internationaux d’architecture moderne à TEAM 10 : une autre génération intellectuelle » sous la direction de M. Christian TOPALOV Directeur d’études, EHESS
Université de Recherche Paris Sciences et Lettres – PSL Research University – École des Hautes Études en Sciences Sociales
Spécialité : Histoire – Option : Architecture et Paysage

Lieu : Académie d’Architecture, 9, place des Vosges, 75004 Paris

Date : Lundi 17 décembre à 14H

Composition du jury :
M. CHAPEL Enrico, Professeur des ENSA, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, Rapporteur 
Mme JANNIERE Hélène, Professeure des Universités, Université Rennes 2,  Rapporteur
M. AVERMAETE Tom, Full Professor, Department of Architecture, ETH Zürich
Mme BACKOUCHE Isabelle, Directrice d’études EHESS
M. CHABARD Pierre, Maître de conférences, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette
M. TOPALOV Christian, Directeur d’études EHESS, Directeur de thèse

Résumé de la thèse : Cette thèse a l’ambition d’apporter un nouvel éclairage sur un chapitre largement débattu de l’histoire de l’architecture du XXe siècle, constitué par la dissolution des CIAM et l’émergence de Team 10.
En se situant dans la perspective d’une sociohistoire de l’architecture,
elle s’appuie sur le constat suivant : les rapports sociaux entre les acteurs
sont inséparables de leurs propos et de leurs actes et doivent être pris en
compte pour comprendre les façons d’agir de ces acteurs dans le champ de
l’architecture. Ainsi, plutôt que de mettre en avant les doctrines, nous
suivons les personnes dans leurs actions, prenant en compte leurs rapports
mutuels, ceux qu’ils entretiennent avec les institutions et, dans la mesure
du possible, avec le monde extérieur.   En s’appuyant sur les archives –
correspondance, réunions, résolutions- cette thèse analyse d’abord les
CIAM en tant qu’organisation créée en parallèle des assemblées
éphémères que constituent les congrès, et dont la structure et le mode de
fonctionnement sont à la fois un enjeu et une condition du déroulement de
l’action. Au sein de cette organisation, Team 10 se forme comme la nouvelle
génération ayant la mission impossible d’assurer la continuité de
l’organisation mais aussi le renouvellement du mouvement. Loin du sens
biologique, il s’agit d’élucider la construction sociale de Team 10 en
tant que « jeune génération » mais aussi en tant que « créateurs », «
héritiers » et « avant-garde » à la fois. En se focalisant sur des documents graphiques (grilles), des textes mais aussi des écrits médiateurs, cette thèse observe, dans une seconde étape, les discours, les représentations et les ressources mobilisées par les acteurs inscrits dans les divers contextes nationaux. Enfin, au-delà d’une analyse de contenu, il s’agit de transformer les deux écrits – Doorn Manifesto et Team 10 Primer- en documents qui informent, par leurs énoncés, mais aussi par leur mise en forme, sur la formation  puis sur la réinvention de Team 10, au moment du passage d’un champ d’action à un autre, des CIAM aux Team 10 Meetings.
En assumant la tâche de ne pas faire comme avant, ces architectes qui
diffèrent entre eux, comme se distinguent leurs situations professionnelles et les ressources dont ils disposent, construisent intellectuellement un système de différences avec l’environnement et avec, bien entendu, les Maîtres ; c’est d’abord par rapport à eux, à l’architecte moderne,  que Team 10 cherche à se distinguer et à produire de l’alternative. Structure verrouillée et riche en contradictions par ses ambitions à former
à la fois une organisation internationale, une avant-garde, et un mouvement réformateur pour s’imposer sur le marché de la profession, les CIAM génèrent leur propre dissolution. Celle-ci renforce le récit de la naissance d’une nouvelle avant-garde, d’autant plus qu’au bout de ce chemin, cette nouvelle élite d’héritiers n’a plus besoin des CIAM pour s’affirmer.  Cette thèse établit des corrélations entre la formation de Team 10 et la dissolution des CIAM  moins sur le plan de leurs doctrines et des conflits entre leurs membres, que sur celui de leur forme spécifique d’organisation et de gouvernance. Plus globalement, l’enjeu de cette recherche est de comprendre les propositions théoriques et formelles des architectes à partir de l’analyse de leurs pratiques (organisation sociale, institutionnelle, professionnelle) et de contribuer à construire une interprétation sociohistorique des formes mêmes de l’architecture.
En outre, l’étude historiographique relève les usages que nous faisons
aujourd’hui de Team 10, alors qu’une timeline (1988-2018) invite à
réfléchir sur les rapports entre les constructions intellectuelles et les
destructions matérielles, concernant les architectures de l’après-guerre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.