3ème session du séminaire de recherche sur « les architectes et la fonction publique » – 21 et 22 novembre 2013

3ème session du séminaire de recherche sur « les architectes et la fonction publique – XIXe-XXIe siècle » : « L’oeuvre et le statut »

Dates : 21 et 22 novembre 2013

Lieu : Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux – 740 cours de la libération, 33405 Talence

Entrée libre, inscription souhaitée : archi.fonction.publique@gmail.com

Responsables du séminaire : Catherine Bruant (École nationale supérieure d’architecture de Versailles, Léav, Chantal Callais (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, GEVR (ADES-UMR CNRS 5185 – Bordeaux 3), Guy Lambert (École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, IPRAUS (UMR CNRS AUSser 3329))

Présentation : Ces journées constituent la troisième session du séminaire de recherche sur « les architectes et la fonction publique ». Elles regroupent les deux dernières thématiques pressenties lors de l’appel à communication : « La création dans la maîtrise d’oeuvre » (jeudi 21 novembre) et « Rapports entre statuts et exercices publics et privés » (vendredi 22 novembre). Répondant à l’objectif du séminaire, chaque problématique est traitée de façon diachronique, sans prétendre à l’exhaustivité.

Pendant la première journée, la place de la créativité, de l’esthétique, de l’innovation à l’échelle architecturale et urbaine est évoquée à travers des communications qui proposent des approches diverses : objectifs esthétiques des mesures réglementaires, architecture publique entre normes et invention, impact des « recommandations architecturales » et des politiques publiques dans l’innovation, invention dans la restauration des monuments, questionnements sur la prise en compte des compétences de l’architecte dans les projets publics à travers les (en)jeux des différents acteurs, etc.

La seconde journée est consacrée aux interférences entre exercices et statuts publics et privés. Les communications traitent d’abord du développement des pratiques publiques de l’architecture aux XVIIIe siècle et XIXe siècle, pendant lequel émerge la domination du mode d’exercice libéral, et de la concomitance des deux types d’exercices. Sont analysées ensuite du point de vue juridique les différentes facettes des « droits et devoirs » des architectes exerçant aujourd’hui, notamment à travers les questions touchant à la maîtrise d’oeuvre. L’émergence et la création des grands corps de l’État au XIXe et au XXe siècles, ou assimilés, ayant déjà fait l’objet de travaux conséquents qui ont été publiés (diocésains, ACMH, architectes départementaux, architectes conseils de l’État), l’après-midi est consacrée à leur histoire récente pour se clôturer sur une table ronde réunissant plusieurs acteurs contemporains invités à exprimer leurs questionnements et projets concernant le statut et la reconnaissance des exercices publics de l’architecture et de l’urbanisme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search