Soutenance de thèse de Prin JHEARMANEECHOTECHAI : « Les villages aquatiques de Thoburi : des territoires résilients face aux inondations fragilisés par la métropolisation de Bangkok » – ENSA Paris-Belleville – 10 janvier 2019

sous la co-direction de : Mme Nathalie LANCRET et M. Gilles HUBERT

Université Paris-Est, Ecole doctorale « Ville, Transports et Territoires», Equipe de recherche IPRAUS (ENSA Paris-Belleville) / Thèse de doctorat en architecture

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle des enseignants, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Date :  jeudi 10  janvier 2019 à 14h

Membres du jury :

Directeur de thèse LANCRET Nathalie Directrice de recherche au CNRS  (IPRAUS/UMR AUSser)
Directeur de thèse HUBERT Gilles Professeur Université Paris-Est            Marne-la Vallée
  Rapporteur  FRANCK Manuelle Professeur des Universités Présidente de l’INALCO
Rapporteur   GUILLERME André Professeur émérite CNAM
Examinateur   GOLDBLUM Charles Professeur émérite Université Paris 8
Examinateur PEYRONNIE Karine Chargé de recherche IRD (UMR PRODIG)  
Examinatrice FAU Nathalie Maître de conférences Université Paris Diderot
Co-encadrant   CHULASAI Bundit Professeur, Faculté d’architecture de l’Université de Chulalongkorn (Bangkok)

Résumé de la thèse : L’eau est un élément fondateur de l’organisation sociale et territoriale de la Thaïlande. En témoigne dans le delta du fleuve Chao Phraya, Bangkok qui est composée d’une ville centre, située en rive gauche du fleuve, et de villages agricoles, en rive droite, sur le territoire de Thonburi, terrain d’étude de cette thèse.

La recherche fait l’hypothèse que les dispositifs spatiaux, l’usage des sols et les pratiques sociales se combinent pour constituer une forme spécifique de résilience territoriale face aux inondations, laquelle est aujourd’hui mise en tension sous l’effet de plusieurs facteurs exogènes qui tendent à affaiblir cette « culture de l’eau ». La thèse étudie la manière dont ces trois éléments s’articulent, évoluent dans le temps ainsi que les facteurs qui tendent à les dissocier aujourd’hui.

Trois types de facteurs exogènes à différentes échelles spatiales et temporelles ont été identifiés et analysés : la planification métropolitaine qui passe par le développement d’infrastructures de transport terrestre et le remblaiement de terrains en vue de leur urbanisation hors d’eau ; la planification hydraulique organisée à l’échelle du bassin versant de la Chao Phraya et qui se traduit localement par le déploiement de mesures structurelles de lutte contre les inondations ; le tourisme fluvial qui fragilise les berges et l’habitat sur pilotis.

La résilience des villages est étudiée au prisme de l’inondation survenue en 2011. Cette étude a sollicité différentes formes d’investigation : analyse des transformations du territoire de Bangkok ; étude de la planification du bassin versant ; enquêtes et relevés à Thonburi.

La thèse vise une meilleure compréhension des relations entre la ville du sud-est asiatique et l’eau dans un contexte de métropolisation.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BREMARD Thanawat dit :

    Bonjour,

    Étant moi-même un doctorant (ABIES, Paris) travaillant sur la thématique de Bangkok face aux risques aquatiques, j’ai choisi de prendre le sujet par un angle institutionnel en étudiant la répartition des responsabilités quant à la gestion de l’eau dans Bangkok tout inscrivant la réflexion dans l’histoire de la transformation environnementale de Bangkok (endiguement et remblaiement des canaux), j’éprouve donc un fort intérêt pour cette thèse. J’aimerais entrer en contact avec Khun Prin JHEARMANEECHOTECHAI. La thèse est-elle consultable ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.