Séminaire sciences sociales et Asie du Sud-Est – INALCO (Paris) – 14-18 janvier 2018

Accédez au programme : Séminaire sciences sociales et Asie du Sud-Est

Lieu : INALCO, salle 5.21, 54, rue des Grands-Moulins, Paris 13ème

Date : lundi 14 au vendredi 18 janvier 2019

Intervenants : Pierre-Yves Manguin (Archéologie et histoire ancienne, EFEO, CASE), PaulWormser (Histoire moderne, INALCO, CASE), Manuelle Franck (Géographie, INALCO, CESSMA), Charles Goldblum (Urbanisme, IFU, AUSser), Nathalie Lancret (Architecture, CNRS, AUSser), HuguesTertrais (Histoire, UniversitéParis 1, CHAC), DelphineAllès (Sciences Politiques, INALCO, CASE), Bénédicte Brac de la Perrière (Ethnologie, CNRS, CASE), Jean-Christophe Simon (Sciences économiques, IRD, IEDES), FrançoiseNicolas (Sciences économiques, IFRI).

Présentation par les organisateurs : Cet enseignement, organisé collectivement par des établissements franciliens sous la forme d’un stage d’une semaine, s’adresse aux étudiants en master et aux doctorants en sciences sociales qui se spécialisent sur l’Asie du Sud-est. Il est ouvert aux étudiants de tous les établissements et peut être validé, si les établissements le souhaitent, selon l’assiduité ou selon lesrègles propres de chaque établissement.Son objet est le suivant : montrer comment l’histoire, la géographie, l’ethnologie, les sciences économiques, les urbanistes ont abordé l’Asie du Sud-est, tout en dégageant la manière dont certaines particularités historiques, géographiques, sociales et culturelles de cette partie du monde ont pu influencer la constitution des objets de recherche dans ces différentes disciplines. Il s’agit tout à la fois de mettre en relief des traditions scientifiques et des orientations thématiques privilégiées, de souligner l’apport de la région à la constitution de paradigmes disciplinaires, tout en informant les étudiants sur les lacunes constatées. Sur ce dernier point, l’enseignement peut contribuer à un choix plus raisonné des sujets derecherche.L’une des finalités du séminaire est de faire découvrir aux étudiants de telle ou telle discipline ce qui se fait sur la région dans les champs connexes du savoir et, par rapport à des phénomènes ou problèmes particuliers, de dégager des différences d’approche, qui peuvent s’inscrire ou non dans la complémentarité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.