Appel à communications du colloque international « Tony Garnier (1869-1948) : dessiner et construire la cité moderne avant 1920 » (date limite : 1er mars 2019)

Organisateurs : Laurent Baridon, Nathalie Mathian, Gilbert Richaud, (Université Lumière-Lyon 2 – LARHRA UMR 5190)
Comité scientifique : Pauline Chevalier, Anne-Sophie Clémençon, Jean-Louis Cohen, Bernard Espion, Louis Faivre d’Arcier, François Loyer, Jean-Philippe Garric, Guy Lambert, Réjean Legault, Jean-Baptiste Minnaert, Valérie Nègre, Jean-Luc de Ochandiano, Sylvie Ramond, Pierre Vaisse.

Colloque organisé par le LARHRA UMR 5190 et l’INHA à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Tony Garnier.
Date : 13-15 novembre 2019
Lieu : Archives municipales de Lyon et Musée des Beaux-Arts de Lyon.
Le colloque s’inscrit dans en ensemble de manifestations coordonnées par la Ville de Lyon dont une exposition aux Archives municipales de Lyon.

Argumentaire : Le colloque est destiné à approfondir et renouveler la connaissance sur le travail de Tony Garnier avant 1920. Si illustre soit-il, Tony Garnier reste cependant un des grands oubliés de l’architecture des premières modernités. Le fait qu’il ait travaillé presque exclusivement à Lyon a limité l’écho de ses réalisations. Absent des grandes manifestations internationales, il a fait l’objet d’une réception critique succincte. Cela est dû au fait qu’il a peu théorisé et diffusé ses positions. Il a cependant propagé sa pensée et sa pratique par son enseignement au sein de l’école régionale d’architecture de Lyon en formant de nombreux architectes. La production scientifique relative à Tony Garnier est encore trop modeste par rapport à son importance historique et artistique, surtout si on la compare à celle que suscitent
généralement les architectes de la première moitié du XXe siècle. Aucune exposition d’importance nationale ou internationale ne lui a été consacrée depuis celle du Centre Georges Pompidou en 1990. Un colloque international s’est tenu en 2008 à Lyon pour situer son oeuvre dans l’histoire de l’architecture en Europe mais les aspects les plus concrets de sa pratique restent encore à étudier.
L’objectif est double. Il s’agit d’une part de reconnaître les linéaments et les aboutissements d’Une Cité industrielle. Étude pour la construction des villes, son livre publié en 1917 au terme d’une longue préparation initiée en 1899. D’autre part, le colloque entend analyser précisément les sources de la culture constructive de Tony Garnier et les spécificités
techniques de ses réalisations.
Tony Garnier appartient à la génération de F. Lloyd Wright, P. Behrens, J. M. Olbrich, J. Hoffmann, A. Loos et C. R. Mackintosh, tous nés avant 1870. Plus jeune qu’A. Perret et Paul Philippe Cret, il naît une quinzaine d’années avant W. Gropius, L. Mies van der Rohe, R. Mallet-Stevens ou Le Corbusier – lesquels débutent leur carrière alors que paraît la Cité
industrielle à la fin de la Première Guerre mondiale. Son oeuvre charnière articule les premières modernités du XIXe siècle et les réalisations du XXe. Sa formation à l’École des Beaux-arts de Lyon puis à celle de Paris a fait de lui un dessinateur habile, rompu à l’exercice de la composition. Ses nombreux projets de concours permettent de le constater. Mais, dès son arrivée à Rome en 1899, Garnier semble renier ses dix années de projets de grands programmes pour se tourner vers un exercice qu’il n’a pas appris auprès de ses maîtres : dessiner une ville. En 1900, le lauréat du prix de Rome devient, dans la ville éternelle et antique, le concepteur d’une cité nouvelle et moderne.
Il a souvent été remarqué que les édifices construits par Tony Garnier à Lyon présentent de fortes similitudes avec les planches d’Une Cité industrielle : étude pour la construction des villes. Publiées en 1917, bien longtemps après le premier plan d’ensemble conçu à Rome, les vues qui le constituent nourrissent l’oeuvre lyonnaise autant que celle-ci les
inspire. S’il semble impossible d’établir une chronologie du livre à partir des dessins originaux, il est évident que les grands travaux de Tony Garnier sont liés à une conception urbaine de l’architecture. Les infrastructures, l’architecture industrielle, les équipements sanitaires et l’architecture scolaire représentent quatre programmes particulièrement
importants et significatifs de ses ambitions sociales et urbaines. Ces grands chantiers lyonnais servent des objectifs politiques et sociaux. L’habitat social est un de plus importants.
Au-delà des sources stylistiques et idéologiques d’Une Cité industrielle, le colloque entend étudier la matérialité de ce livre. Les planches qui le composent presqu’entièrement ne sont pas datées. Elles sont souvent reprises, redessinées pour faire l’objet d’impression multiples comportant de modestes différences. D’une façon générale, la pensée de Tony
Garnier est visuelle et elle s’appuie sur la reprise permanente des dessins et des planches. Cet aspect, encore très largement méconnu, indique bien qu’il n’est pas seulement un excellent dessinateur qui maîtrise les effets du lavis. Il prête une attention particulière au rendu des textures du paysage et de l’architecture. À ce titre, Tony Garnier peut être considéré comme un constructeur d’images autant que comme un bâtisseur.
Le colloque accordera une importance particulière aux matériaux et aux techniques de construction. Les premiers projets de Tony Garnier témoignent de ce qu’il prévoit d’utiliser le ciment armé mais le plus souvent de façon limitée. Héritier de la technique traditionnelle et régionale du pisé, il la modernise en mêlant gros béton, ciment armé et pisé de mâchefer. Faisant preuve d’un usage économique de ces matériaux peu onéreux, il les met en oeuvre par des moyens artisanaux nécessitant une importante main d’oeuvre. Il prête beaucoup d’attention à la conduite des travaux des grands chantiers lyonnais en activité pendant la difficile période de la Première Guerre mondiale. Tony Garnier, loin de l’image réductrice du dessinateur esthète, démontre qu’il est aussi un constructeur, à l’instar d’Auguste Perret.
Adepte d’une pragmatique du chantier, son architecture est fondée sur la mise en oeuvre et l’économie des moyens comme des matériaux. En découle une conception monolithe de l’édifice, très éloignée de l’esthétique structurelle d’Auguste Perret. Plus pragmatique que rationaliste, elle ne correspond pas au classicisme moderne défini par Perret et qui fait consensus dans la France de l’Entre-deux-guerres ainsi que dans de nombreux pays. La monumentalité de Tony Garnier ne réside pas dans un colossal imposant voire autoritaire, mais dans une science de la composition qui entend populariser la beauté. Sa simplicité savante correspond à conception sociale de l’architecture qui vise à construire une cité moderne, juste et démocratique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.