Soutenance de thèse de Colas Bazaud : “Centralité et forme urbaine : la dimension morphologique de l’accès à la ville et ses potentialités dans la perspective d’une alternative à la mobilité automobile” – ENSA Paris-Belleville – 11 février 2019

Sous la direction de Karen Bowie

Université Paris-Est, Ecole doctorale Ville, Transports et Territoires, Equipe de recherche IPRAUS / UMR AUSSER 3329

Thèse en vue de l’obtention du grade de Docteur de l’Université Paris-Est – Discipline : Aménagement de l’espace et urbanisme

Lieu : ENSA Paris-Belleville, Salle Bobenriether, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Date : lundi 11 février 2019, 14h30

JURY
M. Xavier DESJARDINS, Enseignant-Chercheur, Professeur des Universités, Université Paris 4, HDR, Rapporteur.

Mme Françoise GED, Chercheur, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, HDR, Rapporteur.

Mme Anne GRILLET-AUBERT, Enseignant-Chercheur, Maître de conférences, ENSA Paris-Belleville, Examinateur.

Mme Cristiana MAZZONI, Enseignant-Chercheur, Professeure des ENSA, ENSA Paris-Belleville, HDR, Examinateur.

M. Jean-Louis ZENTELIN, Enseignant-Chercheur, Maître de conférences émérite, Université d’Evry Val d’Essonne, HDR, Examinateur.

Mme Karen BOWIE, Enseignant-Chercheur, Professeure des ENSA, ENSA Paris-La-Villette, HDR, Directeur de thèse.

Résumé de la thèse : Cette thèse propose d’interroger la relation entre la notion de centralité et les caractéristiques
morphologiques de l’espace urbain d’un point de vue général et dans la perspective d’alternatives à la mobilité automobile en milieu urbain. Suivant une organisation chronologique, la première partie de ce travail envisage cette
relation sous un angle théorique en confrontant des travaux relatifs aux notions de centre et de centralité d’une part, et aux formes urbaines d’autre part. Donnant lieu à des critères d’identification des centres, elle mène par ailleurs à considérer la centralité comme se rapportant à une réalité graduelle relative à tout l’espace urbain. S’appuyant sur ces critères et cette acception, la seconde partie consiste en l’analyse de différents espaces au sein des aires métropolitaines de Washington, Paris et Shanghai du point de vue de leurs caractéristiques morphologiques. Mettant notamment en évidence le rôle déterminant de la place accordée à la marche par l’agencement urbain, ces analyses permettent d’abord de proposer une classification des centres identifiés en fonction de la façon dont leur morphologie participe à conditionner les mises en relation, au sein de ces derniers et vis-à-vis de leur environnement. Mais elles conduisent par ailleurs à l’identification d’une expression réticulaire de la centralité, peu à même d’être caractérisée par la seule notion de centre, et apparaissant présenter des potentialités dans la perspective d’une mobilité intermodale.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.