Paru : “Marina Baie des Anges” / Michel Marot, Soline Nivet et al., Editions B2, décembre 2018

Résumé éditeur : Contrepoint du Port-Grimaud (1962-1967) de François Spoerry – mais d’une échelle balnéaire et d’un tourisme de masse bien moindre que La Grande-Motte (1966-1982) de Jean Balladur –, la Marina Baie des Anges (1967-1993) constitue une opération de standing unique, aussi adulée que décriée : un « label », synonyme d’affairisme mégalomane et de bétonnage sauvage, autant que de talent de son architecte officiel, André Minangoy, et de Michel Marot, le Grand Prix de Rome de l’ombre. Restitué dans son époque, ce complexe épouse aussi des horizons plus larges : ceux de l’aménagement stratégique du Grand Sud piloté depuis l’Élysée, de la conurbation touristique d’Antibes à Menton, de la promotion immobilière et de la création du Conservatoire au Littoral…

Accédez au site de l’éditeur : Marina Baie des Anges

dont articles de : Soline Nivet / “Marina Baie des Anges et Port grimaud ou le retour du refoulé“, p. 105-118

Soline Nivet et Aldrick Beckmann / “Entretien avec Michel Faye“, p. 35-42

Cet ouvrage est consultable au centre de recherche documentaire de l’AUSser/IPRAUS (ENSA Paris-Belleville, Bâtiment B, 3ème étage, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris)

Accédez à la notice bibliographique sur notre catalogue AUSser/IPRAUS : cliquez ici



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.