Soutenance de thèse de Fabian Guttierez Cortes : « FUNAFUTI. Évolutions et interactions d’un espace hybride insulaire. Défis climatiques et adaptations territoriales » – ENSA Paris-Belleville – 22 mars 2019

UNIVERSITE PARIS-EST, École doctorale Ville, Transports et Territoires, Institut Parisien de Recherche en Architecture, Urbanistique et Société

Thèse de doctorat pour l’obtention du grade de Docteur en Architecture

Titre de la thèse : « FUNAFUTI. Évolutions et interactions d’un espace hybride insulaire. Défis climatiques et adaptations territoriales »

Date de soutenance : 22 mars 2019 à 14h30

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle Bobenriether, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Directeur de thèse : Dr. Christian Pédelahore de Loddis

Rapporteurs : Dr HDR. Louis Marrou, Géographe. Université de la Rochelle, Dr. HDR. Chris Younes, Psychosociologue et Philosophe. Ecole Spéciale d’Architecture

Examinateurs : Dr. Maurizio Ali, Anthropologue. Université des Antilles, Dr.Esmeralda Longépée, Géographe. Université de Mayotte

Résumé de la thèse : Aujourd’hui les conséquences de la crise climatique -telles que la diminution de la surface terrestre due à l’augmentation du niveau des océans- intensifient les interrogations sur l’avenir de la population et des territoires insulaires de l’océan Pacifique. Funafuti, principal atoll du Tuvalu, apparaît comme un exemple emblématique des transformations territoriales du Pacifique Sud, là où les mutations spatiales provoquées par la submersion des sols ont conduit, pendant le dernier siècle, à des changements dans la fabrique et les usages de l’espace, c’est-à-dire à une transition graduelle d’un habitat terrestre vers des habitats hybrides.

Les méthodes et procédures que nous avons mises en place pour cette recherche, consistent dans l’étude rétrospective des processus d’adaptation des dispositifs spatiaux, saisis et interprétés dans leurs morphologies, leurs typologiques et leurs symboliques, établissant et rendant compte des interdépendances, évolutions, et variations des strates géographiques et urbaines qui en façonnent et en constituent l’identité. Notre étude se concentre sur la période de 1945 à 2016, là où l’intensité des interactions anthropiques et naturelles est la plus importante et en amplification.

Notre hypothèse principale est que l’habitat insulaire se situe contextuellement et pragmatiquement dans une dynamique d’adaptation hybride face à la montée progressive des eaux au sein de l’atoll. Cette mutation marque une importante rupture perceptive et opératoire du concept de limite entre paysage et territoire, et donne origine à l’apparition de nouveaux dispositifs socio-spatiaux in situ.

Analyser le comportement des évolutions de l’habitat contemporain insulaire face aux déficits climatiques, nous semble d’une brulante actualité aux fins d’orienter une actualisation et un approfondissement scientifiques et raisonnés des connaissances contextuelles concourant à la production matérielle et symbolique des territoires océaniques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.