Appel à articles sur le sujet « Art et espace urbain » pour la revue FACES n°76 (date limite : 30 avril 2019)

Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais à l’adresse : info@facesmagazine.ch

Présentation par les organisateurs : Appel à articles, peer-review. FACES 76: Art et espace urbain. Contrastant avec le Venezuela actuel et l’image qu’il renvoie, celui des années 1950 et 1960 fut un laboratoire exceptionnel de synthèse des arts à l’échelle urbaine. Le directeur de la revue Domus, Gio Ponti, parlait à ce propos, en 1954, du « courage de la fantaisie » du Venezuela et un reportage saisissant montrait comment un idéal d’intégration des arts était en marche via des oeuvres d’art de Léger, Calder ou Vasarely à la cité universitaire de Caracas. Le prochain numéro de la revue internationale FACES sera consacré à cette idée d’intégration de l’art dans l’espace public, hier comme aujourd’hui. Si dans la conception des avant-gardes européennes l’homme moderne était le produit d’un nouvel environnement visuel et perceptif totalisant, dans la période d’après-guerre la question de l’aménagement des espaces publics – nous pensons à des installations aussi bien plastiques que sonores – est plutôt une affaire de décorum, d’insertions ponctuelles qui meublent un espace donné. Bref, un art appliqué à l’espace public et qui en constitue le décor (sans que ce terme soit connoté de façon péjorative). Des pays comme la Suisse ont établi depuis de nombreuses années le financement de la culture par les collectivités publiques qui oblige tout édifice construit par une entité publique à accueillir une oeuvre d’art à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bâtiment. Les villes les plus importantes de Suisse favorisent l’insertion d’oeuvres dans l’espace public et mènent une politique très engagée à cet égard. Des manifestations de réputation internationale comme la Skulpture Projekte de Münster expérimentent par ailleurs ce rapport entre espace ouvert de la ville et l’objet artistique ou l’installation. Nous pourrions également mentionner une pratique contemporaine fort appréciée par la classe « créative » et cosmopolite qui consiste à intégrer des oeuvres ou des installation dans des parcours pré-ordonnés, dans des jardins thématiques, dans des îles que l’on traverse (Teshima et Naoshima au Japon) ou à demander à des architectes de renom de construire chacun un objet sculptural, le plus saisissant possible — enseigne de vente pour une marque de luxe — le long d’une artère prisée. Ces réflexions nous ramènent à la culture beaux-arts propre aux expositions et aux foires nationales et internationales. Le dessin des palais et des pavillons d’exposition (souvent éphémères) constitue à ce titre, et depuis plus d’un siècle, un exercice stylistique et spatial Mies à Barcelone, Sert à Paris, Zumthor à Hanovre, pour n’en citer que quelques-uns), à mi-chemin entre l’objet d’art et l’objet iconique, témoignage culturel d’une région.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.