Paru en ligne : Critique(s) d’art : nouveaux corpus, nouvelles méthodes / GISPERT Marie, MENEUX Catherine (dir.), Paris, HiCSA Éditions, 2019

Accédez au document en ligne : Critique(s) d’art : nouveaux corpus, nouvelles méthodes

GISPERT Marie, MENEUX Catherine (dir.), Critique(s) d’art : nouveaux corpus, nouvelles méthodes, Paris, HiCSA Éditions, 2019, ISBN : 978-2-491040-02-4

dont deux articles de :

THIBAULT Estelle, “Charles Blanc et l’architecture : ‘une décoration qui se construit‘”, p. 120-139.
Résumé extrait du site : L’historien de l’art Charles Blanc (1813-1882) a abordé l’architecture dans sa Grammaire des arts du dessin et dans sa Grammaire des arts décoratifs. Il y discute les
relations entre le beau et l’utile et place la fonction de l’architecte comme « décorateur » au-dessus de sa capacité à résoudre les impératifs constructifs. Cette conception des relations entre construction et décoration peut être mieux comprise en examinant les articles de critique architecturale qu’il publie, entre 1867 et 1881 dans le quotidien Le Temps. Blanc y diffuse vers le grand public les évolutions théoriques qui encadrent les réalisations architecturales contemporaines, notamment celles de la génération de Léon Vaudoyer, Henri Labrouste, Louis Duc et Félix Duban. Certains de ces articles préfiguraient également un volume, qui restera inachevé, dédié à la décoration des villes.

LAMBERT Guy, “‘Laisser à chacun la liberté d’apprécier suivant ses goûts et ses tendances d’esprit’? Une critique d’architecture dans un cadre confraternel. Paul Guadet et Henri Prudent à la rédaction de la revue L’architecte (1906-1914)“, p. 210-239.
Résumé extrait du site : Créée en 1906 par la société des architectes diplômés par le gouvernement (SADG), la revue L’Architecte témoigne d’un attachement à un discours par l’image autant qu’elle revendique une posture critique et une ouverture d’esprit. La dispersion de ses contributeurs – issus des mondes l’art et de la technique autant que de l’architecture – contraste fortement avec la forte implication du secrétaire de rédaction, qui assume une part importante des textes à travers différentes rubriques. Les deux « jeunes » architectes qui se succèdent à cette fonction avant la Première guerre mondiale, Paul Guadet (1873-1931) et Henri Prudent (1868-1950), livrent dans chaque numéro des contributions, signées ou non, dont seule une part se rattache à première vue au champ de la critique d’architecture. Choisir de considérer dans leur globalité les corpus de ces deux auteurs vise ici à saisir leurs interactions avec leur contexte d’énonciation, celui d’une revue portée par une association professionnelle, un cadre confraternel pensé par des architectes pour des architectes. Si cette approche conduit à interroger la polygraphie de ces deux auteurs autant que l’anonymat d’une part importante de leurs textes, elle permet aussi d’examiner les liens entre deux acceptions de la critique d’architecture, conçue d’une part comme genre littéraire ou discours le plus souvent imprimé et, d’autre part, comme pratique du jugement liée au quotidien de la conception architecturale ou de son apprentissage.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.