Conférence 1 : “Alliances des territoires, vers quels aménagements solidaires ?” – Maison de l’architecture Ile-de-France (Paris) – 5 juin 2019

Conférence 1 : L’Etat et les territoires dans la mondialisation, comment fonctionne le modèle territorial français ? Faut il le repenser aujourd’hui ?”

Cycle de conférences et débats initié par la Ville en commun et coorganisé avec la Maison de l’architecture Ile-de-France et l’ordre des architectes d’Ile-de-France

Lieu : Maison de l’architecture d’Ile-de-France, 148, rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris
Date : 5 juin 2019, 19h

INTERVENANTS :

Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)

Frédéric Bonnet, (OCS/AUSser) architecte, urbaniste, co-fondateur de l’agence Obras, Grand prix de l’urbanisme, enseignant, auteur, membre titulaire de l’Académie d’architecture et administrateur de la Maison de l’architecture Ile-de-France

Béatrice Giblin, géographe, directrice d’Hérodote, revue de géographie et de géopolitique

Vincent Jarousseau, photographe reporter et documentariste

Brigitte Métra, architecte, conseillère de l’Ordre des architectes d’Ile-de-France, membre titulaire de l’Académie d’architecture

Modération : Cyrille Poy, président de LesCityZens, chargé de cours à l’Université du Havre

Sera interrogé la pertinence actuelle du modèle classique de « l’aménagement du territoire » compris comme l’ensemble d’actions volontaires, prospectives, et concertées, menées par les acteurs publics et privés visant à disposer avec ordre et équité les habitants, les activités, les équipements, et les moyens de communication dans l’espace national.

Après le rappel des étapes successives de l’aménagement du territoire par Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) : la reconstruction volontariste, la décentralisation inaboutie sans réforme territoriale, l’adaptation difficile à la mondialisation, l’accentuation de la concurrence territoriale, la diminution des moyens financiers et réglementaires de l’État, les mutations technologiques et le développement des réseaux immatériels, sera questionné ce qui a marché, ce qui doit être corrigé, ce qui a été dit pendant le grand débat, ce qui se dessine…

Questions pour le débat : comment dépasser les catégories obsolètes de l’aménagement ?Comment réparer les fractures territoriales ?

• La diversité des situations, le basculement vers l’Ouest, le Sud, les Métropoles.

• Les notions de centre et périphérie, les découpages territoriaux doivent-ils être remis en cause ?

• Comment combiner simultanément plus de décentralisation, plus de différenciation et demande de plus d’État ?

• Comment aborder après 35 ans de décentralisation le trinôme : plus d’égalité, plus d’autonomie et plus de segmentation des territoires ?

• Comment envisager l’aménagement du territoire à l’heure de la mondialisation et de la perte d’autonomie fiscale et économique des États ?

• Comment analyser la prise en compte par l’État de l’urgence de réponse à la crise climatique et à la transition énergétique ?

• Comment répondre à la crise de gouvernance à toutes les échelles, en considérant le passage de la ville territoire à la ville réseau ?

• Qu’est-ce que les architectes préconisent sur toutes ces questions pour refonder une politique publique de l’habitat, pour freiner la consommation de foncier, pour privilégier la réhabilitation de l’existant, pour favoriser la solidarité entre les territoires ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.