Colloque international “Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain” – Ivry-Sur-Seine – 6 et 7 juin 2019

Organisation : Groupe Transversal “Usages de l’histoire et devenirs urbains” du LABEX Futurs Urbains et l’Instituto Universitario de Urbanística, Universidad de Vallodolid (España)

avec le soutien de la Ville d’Ivry-sur-Seine, Département du Val-de-Marne, PUCA, Laboratoire ACP, CHS du XXe siècle, IPRAUS, CHREC, LABEX Futurs Urbains et DynamiTe

Comité d’organisation : Emmanuel Bellanger (CNRS, CHS), Florence Bourillon (UPEC, CRHEC), María Castrillo Romón (IUU, UVa), Laurent Coudroy de Lille (EUP, Lab’URBA), Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser, ENSA Paris-Belleville), Víctor Pérez Eguíluz (IUU, UVa), Javier Pérez Gil (IUU, UVa), Luis Santos Ganges (IUU, UVa), Loïc Vadelorge (UPEM, ACP)

dont intervention de Federico Ferrari (ENSAPM, ACS/AUSser 3329) : “Milano 2. La « figure » dans la construction d’un récit populiste”

Présentation par les organisateurs : Trois grandes entrées thématiques structurent ce colloque sur les récits de ville et leurs usages : la production et la transmission des récits mémoriels, consensuels et fédérateurs ; les récits de ville, sources et témoignages des conflits, des volontés d’effacement et d’occultation ; les récits de ville faire valoir d’enjeux et de formes d’appropriation et de captation du changement urbain, social, politique et économique Qu’il soit produit dans le cadre d’une commande publique liée au pouvoir de bâtir ou en dehors de tout cadre institutionnel, le récit de ville vise en effet à identifier des repères, des hauts-lieux, des acteurs, des politiques qui déterminent un devenir social. L’hypothèse de départ de ce colloque associait les récits de ville à une forme de « narratologie » et de représentations, tournée ou orientée vers la production urbaine. Tous les récits de ville fabriquent de l’imaginaire bâtisseur, politique et social. Les appels insistants à la constitution d’un « récit métropolitain » témoignent aujourd’hui, en France comme à l’international, de cet enjeu ou de cette injonction à produire des récits fédérateurs de légitimation. Aussi, la question des usages politiques et sociaux des récits de ville sera-t-elle au cœur des analyses et débats de ce colloque. Les communications mettront en perspective et discuteront de la manière dont des individus, des collectifs d’habitants et des acteurs privés et publics s’approprient le passé et le reconfigurent pour mieux se reconnaître dans la ville, peser sur sa production, la contrôler et la gouverner. Au-delà des questions épistémologiques et des usages des sources qui irrigueront les réflexions, c’est le rapport des sociétés urbaines avec le passé, l’héritage patrimonial et la mémoire collective des villes qui sera interrogé. La variété des approches disciplinaires et leur croisement offriront certainement un éclairage nouveau sur la fabrique des identités de ville en lien avec l’histoire de leur peuplement, des savoirs urbains, des transformations des tissus économiques, des politiques publiques et des institutions qui les portent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.