Lauréats 2019 de l’appel à candidatures de la Caisse des dépôts « Pour la recherche en Architecture et Paysage » : une équipe de l’UMR AUSser est lauréate

Accédez à la liste des lauréats : Pour la recherche en Architecture et Paysage

Le projet lauréat : Rendre visible les nouvelles réponses architecturales aux précarités urbaines. A l’école des situations « informelles »

Equipe lauréate composée de membres de l’UMR AUSser : Ce projet de recherche sera encadré par un comité de pilotage composé d’enseignants-chercheurs et de praticiens : Elisabeth Essaïan (architecte, chercheur laboratoire IPRAUS/AUSser, maître de conférences à l’ENSA-PB) ; Valentine Guichardaz (architecte, atelier RITA, maître de conférences associée à l’ENSA-PB); David Mangin (architecte-urbaniste, chercheur laboratoire OCS/AUSser, professeur à l’ENSA-VT), Marie Menant (architecte, doctorante laboratoire ACS), Laetitia Overney (sociologue, chercheur laboratoire IPRAUS/AUSser, maître de conférences à l’ENSA-PB), Christian Pédelahore (architecte, chercheur laboratoire AHTTEP/AUSser, professeur à l’ENSA-PV), Philippe Simay (philosophe, chercheur laboratoire IPRAUS/AUSser, maître de conférences à l’ENSA-PB) et Sébastien Thiéry.

Le projet Rendre visible les nouvelles réponses architecturales aux précarités urbaines. A l’école des situations « informelles » consiste à recenser et archiver, classer et commenter les initiatives pédagogiques, les actions de recherche au sein des écoles d’architecture françaises et étrangères, les réalisations architecturales et urbanistiques, ainsi que les expériences de terrain des collectifs et associations qui traitent des précarités urbaines. Notre objectif est à la fois de rendre visible ces connaissances qui sont rarement publiées et peu capitalisées, ce qui rend le paysage théorique de ces différentes démarches nébuleux pour un néophyte.

Notre projet vise à mettre ces connaissances à disposition des acteurs variés : collectivités, aménageurs, collectifs et associations, concepteurs (architectes, urbanistes, designers, paysagistes…), enseignants, étudiants et chercheurs des écoles d’architecture, personnes privées. Il s’agit à la fois de construire des connaissances mais tout autant d’interroger et de définir les catégories et les items, afin notamment d’outiller, d’équiper les architectes, les urbanistes, les décideurs et les aménageurs qui ont à faire avec la question et qui se trouvent le plus souvent démunis pour décrypter les situations et faire leur métier malgré tout, en l’absence de “culture professionnelle” en la matière. 

Ce travail a pour ambition de créer une sorte de “Musée social du XXIe siècle”, à la fois lieu d’archivage, de transmission et de discussion de ces connaissances, voire de programmation des concours d’idées. Il donnera lieu aux diverses mises en forme : plateforme/site Internet, exposition, publications, création d’un lieu physique de consultation des archives.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.