Soutenance HDR de Paul Landauer (OCS/AUSser (Ea&vt Paris-Est)) : « La réparation » – École d’architecture de la ville et des territoires Paris Est (Champs-sur-Marne) – 23 octobre 2019

Membres du jury

Pierre Caye, Directeur de recherche, Centre Jean Pépin CNRS/ENS (UMR 8230) (rapporteur).
Carola Hein, Professor and head of the history of architecture and urban planning, Delft University of Technology, Pays-Bas (rapporteur).
Sébastien Marot, HDR, Professeur, École d’architecture, de la ville et des territoires Paris Est, OCS-AUSser (UMR 3329).
Antoine Picon, Directeur de recherche, École des Ponts ParisTech, LATTS (UMR 8134) et professeur à Harvard University (garant de l’habilitation).
Dominique Rouillard, HDR,Professeure,École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, directrice du LIAT.
Alain Schnapp, HDR, Professeur émérite, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteur).
André Tavares, Research Fellow, Escola de Arquitetura, Universidade do Minho, Lab2PT, Guimarães, Portugal.
Danièle Voldman, Directrice de recherche émérite, CNRS-CHS, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

Lieu : École d’architecture de la ville et des territoires Paris Est (Amphithéâtre 130), 12 avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, 77455 Champs-sur-Marne
Date : mercredi 23 octobre 2019 à 14h00
Accédez au site : Ea&vt Paris-Est

Présentation

La réparation

Ancré dans le champ de l’histoire et des cultures de l’architecture, cette habilitation à diriger des recherches (HDR) rend compte, dans un premier volume, d’un parcours personnel qui croise recherche, pratique et pédagogie. Une suite de textes qui n’a rien de chronologique invite le lecteur à partager quelques idées et quelques observations. L’introspection s’y mêle au récit, l’aveu s’y rapproche du témoignage, le sentiment y concurrence l’histoire. Il n’y a pas de plan, juste l’indication des années auxquelles se rapportent les évènements qui sous-tendent ces pensées. Il en émane un faisceau de questions qui porte sur le standard – quels rapports l’architecture entretient-elle avec la norme et l’ordinaire ? – l’engagement – qu’est-ce qui distingue la parole de l’architecte de celle du chercheur ? – et la mort – quel rapport entretient l’architecture avec la perte et l’oubli ? –.
Ce premier volume est suivi d’un essai qui pose les bases du travail de recherche que je souhaite mener dans les années qui viennent. Ce travail prend appui sur deux hypothèses. La première, historique, est que les architectes de la modernité industrielle n’ont pas seulement revendiqué la tabula rasa pour faire de la place au neuf : ils ont, de manière concrète, intégré les motifs et les techniques de la démolition à leurs projets. Cette puissance (de feu) et cet imaginaire (guerrier) commencèrent à perdre de leur efficacité au cours des années 1980, lorsque la désindustrialisation provoqua l’abandon d’un nombre de plus en plus significatif de bâtiments et de territoires issus de cette même modernité. A la question « comment faire du vide ? » se substitua la question : « que faire du vide ? ».
La seconde hypothèse est prospective : le futur de l’architecture sera déterminé par l’usage, l’imaginaire et les modalités de transformation des restes bâtis de la modernité jetable. La transition écologique imposera le recyclage des bâtiments et des sites existants et mettra à l’agenda son corollaire, à savoir le déploiement d’une architecture du stock, en rupture avec les installations éthérées du flux que l’on continue de construire et d’abandonner. L’intérêt grandissant d’artistes – mais aussi de touristes – pour les rebuts du siècle passé, incitera ensuite les architectes à réactiver l’imaginaire de la ruine, lequel cristallise, depuis le XVIe siècle, la perte et une méditation sur le temps. Enfin, l’étendue des délaissés surpassera les besoins en construction, amenant les architectes à renoncer à pratiquer un art de la rédemption au profit de ce que je propose d’appeler un art de la réparation.Ce dernier thème de la réparation donne son titre aux deux premiers volumes. 
Le premier a pour sous-titre « Un architecte face à l’oubli », le second, « L’architecture face aux nouvelles ruines ». Un troisième volume présente la liste complète de mes travaux de recherche et rassemble quinze textes témoignant des étapes d’un parcours de recherche qui a commencé durant mes études d’architecture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.