Appel à communication pour “alaric : Faire la ville : penser et représenter la production urbaine” (date limite : 9 novembre 2019)

Appel à communication

Accédez à l’appel : alaric
Format des propositions de communication : Les propositions de communication pourront être rédigées en français ou en anglais. Elles ne devront pas dépasser 4000 signes (environ 2 pages) et comporter un titre précis ainsi que quelques références bibliographiques. Elles indiqueront les noms des communicants, leur institution de rattachement et leur mail. Les propositions doivent s’inscrire dans l’un des trois axes thématiques décrits ci-dessous. En vue des journées d’études, les auteurs retenus devront soumettre un texte court (10 000 à 15 000 signes, espaces compris)

Présentation

Différents bouleversements actuels de l’organisation urbaine font entrer les villes dans un nouvel âge, en lien non seulement avec les mutations vers une société « post-industrielle » et « durable », mais également avec une situation d’accélération de la métropolisation et d’accentuation des ségrégations socio-spatiales (Béal et al., 2011 ; Davezies, 2012 ; Velz, 2015).

Pour pouvoir appréhender ces mutations, il est nécessaire de mettre à distance et replacer dans la longue durée ces éléments contemporains de lecture de la production des villes. Dans cette perspective, le colloque souhaite donc interroger la pensée du changement lui-même, en faisant l’hypothèse de l’apport d’un retour rétrospectif sur les mutations de la production urbaine dans l’histoire. Cette démarche peut nourrir une compréhension de l’inscription du changement urbain en cours, et, aussi, alimenter un discours prospectif essayant de penser la ville future. En effet,
aujourd’hui comme hier, c’est par l’observation de l’invention de nouvelles pratiques, manières d’habiter, de se déplacer, de la capacité à redonner du sens et de la valeur aux espaces locaux, que se repère la construction d’une nouvelle réalité urbaine.

L’analyse de la production de la ville suppose donc de pouvoir observer et identifier l’apparition de moments de discontinuité, ponctuant des dynamiques inscrites dans le temps long. Le changement urbain prend alors concrètement la forme d’une addition d’expériences qui sont autant de laboratoires tâtonnants d’un projet ayant pour objectif d’inscrire dans le quotidien et la proximité des transformations relevant de la longue durée et d’échelles globales. Dans ce contexte, les évolutions des sciences sociales ont induit un renouvellement dans les méthodologies d’observation du changement urbain, et ont imposé la nécessité de multiplier les documentations, proposant autant de perspectives disciplinaires sur la ville en train de se faire.
Le champ des Humanités Numériques notamment, qui articulent les disciplines de sciences sociales aux technologies numériques, a ouvert de nouvelles possibilités d’appréhension du changement urbain passé.

Ce cadre général de réflexion se nourrit de trois questionnements complémentaires qui invitent à une appréhension à la fois méthodologique et réflexive de la notion de changement urbain et qui définissent donc trois axes de travail :
– Qu’est-ce-que le changement urbain ?
– Comment documenter et cartographier le changement urbain ?
– Peut-on fonder une approche prospective de la ville sur la connaissance de ses dynamiques d’urbanisation ?

Ces journées d’études viennent en conclusion du projet ALARIC (A la recherche de l’Incrémentation du changement) financé par le Labex IMU. Ce projet dédié à l’exploration du changement urbain sur d’anciens territoires industriels de la région Lyon-Saint-Etienne s’inscrit dans une perspective transdisciplinaire dont l’objectif est de faire dialoguer des démarches partageant cet objet de recherche. Une attention toute particulière sera apportée aux communications centrées sur des méthodes innovantes ou des approches critiques d’appréhension du changement urbain passé et en cours, présentant l’influence des nouvelles technologies numériques dans le renouvellement des analyses portant sur le changement urbain, ainsi qu’à la place des expériences dites sensibles dans l’appréhension du changement des villes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.