Journées d’études “Installative Archive: Feministische perspektiven auf Stadt-/Raum / Archives installatives : perspectives féministes sur la ville et l’espace” – Vienne (Autriche) – 26 au 28 septembre 2019

Intervention membres UMR AUSser

En novembre 2018, le GRAPh (Groupe de recherche et d’animation photographique) a invité pour un travail in situ, à Carcassonne, le collectif Penser l’Urbain par l’Image “ (PUI). Le collectif fait le choix d’une relecture du fond des images
réalisées dans le cadre des ateliers de pratique amateur que le GRAPh anime depuis 30 ans. Réinterpréter collectivement les images, imaginer leurs conditions de production, les remettre en scène vise à la fois un dialogue avec ces pratiques
d’éducation populaire et une confrontation des positions emacipatrices liées à la médiation d’archives visuelle d’un espace.
Réalisé par Florine Ballif, Alexa Färber, Lucinda Groueff, Anne Jarrigeon, Laetitia Overney (IPRAUS/AUSser), Mina Saïdi-Sharouz, Hortense Soichet, Clément Luccioni. Avec la complicité de Aurélie Pétrel et Eric Sinatora.

Présentation des journées

Quel est le potentiel du film, de la photo, du son, du texte, de la lumière, du corps, du mouvement lorsqu‘ils et s‘emparent des dimensions historiques de l‘urbain ou les matérialisent en espaces de mémoire ? Le réseau de recherche franco-allemand „Penser l‘urbain par l‘image“ se penche sur cette question dans une série d‘événements 2018 avec la journée d’étude „Des contre-regards documentaires ? Les mondes urbains photographiés et filmés par les femmes“ (Paris) et a ensuite conduit à l‘installation d‘une médiathèque imaginaire au festival “Fictions documentaires” à Carcassonne.
L’atelier “Archives installatives : Perspectives féministes sur la ville et l’espace” s’intéresse aux compositions spatiales d’artist.e.s et de chercheur.e.s qui reposent sur les potentiels de l’archive. Quelles dimensions émancipatrices du matériel multimédia et de la mémoire publiée temporairement peuvent être reconnues dans les oeuvres et quelles préoccupations urbaines peuvent ainsi être projetées ? Nous avons pu gagner l‘artiste Ulrike Ottinger comme source d‘inspiration pour une présentation de son travail actuel “Paris Calligrammes”. Sa rétrospective sur Paris recombine son propre travail artistique en tant que film et exposition avec des documents qui rendent perceptible et traçable le terrain tendu du quotidien des années 1960 à nos jours. Paris est à la fois pleine de promesses et d‘obstacles, et les archives installatives permettent d‘expérimenter les deux. L’atelier sera consacré à l’examen des potentiels de la forme installative avec les travaux du Secrétariat pour esprits, politiques des archives et lacunes (Wien) , du collectif Penser l’urbain par l’image (Paris/Wien) et Lucinda Groueff (Paris). La table ronde avec les anthropologues urbaines Anne Raulin (Paris) et Johanna Rolshoven (Graz) ainsi que l‘historienne de l‘art Katharina Sykora (Berlin) condensera la journée d‘études. A la fin du
programme, en présence d‘Ulrike Ottinger, nous entrerons sur le terrain du plaisir urbain local avec son film “Prater” (2007).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.