Soutenance de thèse de Camilia Taibi El Kettani : “Les « Villes nouvelles » du Maroc : de la frénésie à la léthargie” – ENSA Paris-Villette – 25 octobre 2019

Thèse de doctorat

Soutenance de thèse de Camilia Taibi El Kettani : “Les « Villes nouvelles » du Maroc : de la frénésie à la léthargie”
sous la co-direction de Christian Pedelahore de Loddis (directeur de thèse, Professeur HDR, ENSA Paris-Villette) et Mohamed Chaoui, co-directeur de thèse, Professeur HDR, ENA Rabat
Thèse de doctorat en Géographie, spécialité Architecture, Ville, Environnement, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Ecole doctorale de Géographie de Paris, en co-tutelle avec l’Ecole nationale d’architecture de Rabat

Lieu de soutenance : ENSA Paris-Villette, salle des conseils au Pavillon, 144 avenue de Flandre, 75019 Paris
Date : vendredi 25 octobre 2019, 15h

Membres du jury

  • Christian Pedelahore de Loddis, directeur de thèse, Professeur HDR, ENSA Paris-Villette
  • Mohamed Chaoui, co-directeur de thèse, Professeur HDR, ENA Rabat
  • Jean-Marc Zaninetti, Professeur HDR, Université d’Orléans
  • Rémi Papillaut, Professeur HDR, ENSA Toulouse
  • Marlène Ghorayeb, Professeure, ESA Paris

Résumé de la thèse

Le Maroc s’est lancé, en 2004, dans une nouvelle étape de son histoire urbaine à travers la création de villes nouvelles. Il s’agit d’un programme qui découle d’une politique portée et décidée par l’État pour mieux garantir la transition urbaine du pays et répondre à ses besoins en logements. Ainsi, des villes planifiées sont actuellement en cours de construction à une vingtaine ou trentaine de kilomètres des grandes agglomérations. De superficie différente et implantées sur de vastes territoires ruraux, elles prévoient d’accueillir entre 200 000 et 450 000 habitants. Cette décision de création de villes nouvelles au Maroc semble avoir été prise comme alternative aux défaillances des procédés d’aménagement précédents.
Cette thèse a pour objectif principal de mettre en perspective cette politique urbaine et d’examiner si ces villes nouvelles sont porteuses d’un renouveau des mécanismes de la fabrique spatiale marocaine. Elle vise également à établir un portrait de ces villes, à analyser les stratégies qui en sont à l’origine et à saisir leur évolution ainsi que les logiques de leur développement. Elle a ainsi pour ambition de porter un regard sur la pertinence de leur création comme réponse à l’urbanisation accélérée au Maroc, sachant que le recours aux villes nouvelles n’est aujourd’hui plus en vogue dans les des pays occidentaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.