Soutenance de thèse de Nina Mansion-Prud’homme : “Archives d’architectes en France. 1968-1998. Jeux d’acteurs et enjeux historiographiques autour de l’Institut français d’architecture” – Université Bordeaux Montaigne – 28 novembre 2019

Membres du jury

Le jury est composé de :
Gilles Ragot, Professeur, Université Bordeaux Montaigne / Directeur de thèse
David Peyceré, Conservateur du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de la Cité de l’architecture et du patrimoine / Directeur de thèse
Hélène Jannière, Professeur, Université Rennes 2 Haute-Bretagne / Rapporteur
Jean-Baptiste Minnaert, Professeur, Sorbonne Université / Rapporteur
Barry Bergdoll, Professeur, Columbia University, New-York
Emilie d’Orgeix, Professeur, École pratique des hautes études
Estelle Thibault, Maître de conférence HDR, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS/AUSser

Résumé de la thèse

Cette thèse analyse les jalons de la fabrication d’une politique publique et nationale de conservation et de valorisation des archives des architectes en France dans le dernier quart du XXe siècle et ses effets sur l’histoire de l’architecture contemporaine française. En parcourant une période qui s’étale de la fin des années 1960 au début des années 2000, ce travail met en exergue le rôle d’une institution : l’Institut français d’architecture. Ainsi, la thèse analyse, d’une part, les modalités d’émergence et d’institutionnalisation des structures chargées de la collecte et de la valorisation des archives d’architectes en France en restituant les « jeux d’acteurs », c’est-à-dire à la fois les enjeux de concurrence institutionnelle, les jalons du débat programmatique et les trajectoires individuelles. D’autre part, à travers la question des archives d’architectes, c’est la construction de la discipline historique en architecture qui est interrogée. En dressant le portrait d’un milieu, l’étude interroge l’autonomie d’un champ disciplinaire partagé entre des lieux d’enseignement isolés et divisé entre des ambitions divergentes. En examinant les évolutions de la collecte et de ses modalités de valorisation à travers les publications et expositions, l’étude établit la place de l’IFA et de son Centre d’archives d’architecture du XXe siècle dans la fabrication de l’histoire de l’architecture récente en France. A travers l’analyse croisée de sources écrites et de sources orales, ce travail propose de considérer trois périodes (1968-1980 ; 1980-1988 ; 1988-1998) au cours desquelles l’élaboration d’une politique de conservation des archives des architectes a défini un cadre institutionnel, méthodologique et épistémologique grâce auquel l’histoire de l’architecture a pu entreprendre sa rénovation. Outre les dynamiques institutionnelles, administratives et politiques, la thèse souligne le rôle de quelques personnalités pionnières (André Chastel, Maurice Culot, Bruno Foucart, etc.) qui ont façonné l’histoire de l’architecture contemporaine française telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Informations pratiques

La soutenance publique aura lieu le 28 novembre à 13h30 à la salle des thèses de la Maison de la Recherche de l’Université Bordeaux Montaigne (Domaine Universitaire, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.