Exposition « Construire un nouveau Nouveau Monde : L’amerikanizm dans l’architecture russe » – CCA (Canada) – 13 novembre 2019 – 05 avril 2020

Organisateur

Commissaire : Jean-Louis Cohen
Recherche et coordination curatoriale : Aude Renaud-Lorrain, Helina Gebremedhen, Émilie Retailleau
Conception d’installation et graphisme : MG&Co. (Noëmi Mollet, Reto Geiser), Houston
Conception des cartes : Studio Folder (Marco Ferrari, Elisa Pasqual), Milan
Développement de l’installation : Sébastien Larivière, Anh Truong
Assistants de recherche : Sam Omans (New York), Veronika Ushakova (Moscou/Moscow)

Le CCA tient à remercier de leur appui généreux le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts de Montréal.

Accédez à l’annonce : Construire un nouveau Nouveau Monde

Présentation

Dans le contexte du vaste phénomène de transfert culturel qui caractérise la modernité et la modernisation à l’échelle mondiale, la relation bilatérale la plus paradoxale est celle établie entre la Russie et les États-Unis au cours du long XXe siècle.

Depuis la première Exposition universelle tenue à Philadelphie en 1876 jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, tous les moments clés de l’histoire soviétique ont été façonnés par un ensemble idéalisé de représentations des politiques et technologiques, des aménagements territoriaux, de l’architecture et de la culture visuelle de l’Amérique. En 1924, Léon Trotski va jusqu’à affirmer que le « bolchevisme américanisé vaincra, écrasera l’américanisme impérialiste », faisant en cela écho à la vision prophétique, énoncée par Alexandre Blok, d’une « nouvelle Amérique » prenant forme dans les mines de charbon de Russie.

L’« amerikanizm » en Russie peut être vu comme une fantasmagorie multiforme – terme utilisé par Walter Benjamin pour interpréter le culte de la marchandise en tant que spectacle. Des penseurs politiques, des écrivains, des architectes et des designers russes ont fait l’expérience d’images idéales du Nouveau Monde à travers des représentations visuelles et textuelles. Déroulées sur un continuum, ces représentations ont généré une illusion collective qui a façonné la Russie moderne.

L’exposition et la publication qui l’accompagne récrivent l’histoire de l’architecture et du design urbain en Russie à la lumière de cet amerikanizm persistant, analysant entre autres les gratte-ciel de la fin de la période stalinienne, les usines et l’infrastructure industrielle, ainsi que le design durant la Guerre froide. La trame narrative est soutenue par une définition élargie de l’architecture et de la culture, qui englobe le design industriel et le design graphique, la musique, la photographie, le cinéma et la littérature.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search