Soutenance de thèse de Gauthier Vanoverscheld : « Histoire de l’architecture d’une administration sociale : les caisses d’allocations familiales » – Ensap de Lille – 29 novembre 2019

Soutenance de thèse de Gauthier Vanoverscheld, architecte, doctorant au Lacth (Ensap de Lille) & ED SHS (Université de Lille), ayant pour titre « Histoire de l’architecture d’une administration sociale : les caisses d’allocations familiales », qui aura lieu le Vendredi 29 novembre 2019, à 14h30, à l’Ensap de Lille, salle Mallet-Stevens

Jury

M. Richard KLEIN, prof. ENSAP de Lille, LACTH, directeur de la recherche
Mme Giulia MARINO, prof. Université Catholique de Louvain, faculté LOCI, chercheure TSAM EPFL, rapporteuse
M. Philippe DUFIEUX, prof. ENSA de Lyon, LAURE UMR 5600, rapporteur
M. Simon TEXIER, prof. Université Jules Vernes Picardie, membre du jury
M. Eric MONIN, prof. ENSAP de Lille, LACTH, membre du jury

Résumé

Jusqu’ici, les historiens se sont peu intéressés aux architectures de la C.A.F : les 122 édifices sont restés dans l’ombre de la Caisse Centrale d’Allocations Familiales de la Région Parisienne, dont l’œuvre réalisée entre 1953 et 1959 par les architectes Raymond Lopez et Marcel Reby a été étudiée par Giulia Marino et saluée comme élément du patrimoine du XXe siècle. La recherche complète cette situation et permet surtout de situer historiquement la réalisation de C.C.A.F.R.P parmi l’ensemble des constructions de caisses sur le territoire français. L’émergence d’un programme social après la seconde guerre mondiale, commandé par une maîtrise d’ouvrage nouvellement constituée, qui plus est parapublique, a favorisé la conception d’un bâtiment innovant par l’agence Lopez. A partir de cet exemple, une dynamique a permis de réaliser des Caisses d’Allocations Familiales variées prenant comme modèle quatre genres de morphologie : peigne, « Caf-bloc », socle / barre ou tour et édifice sur plan panoptique.
L’architecture, la volumétrie, la composition des formes et l’aspect plastique de certaines caisses, à défaut de n’avoir pu susciter l’intérêt des critiques et historiens de l’architecture, méritent attention. Très peu d’entre-elles sont de facture dite « économique » malgré les contraintes de rentabilité liées à ce programme. Cette étude donne la mesure de ce qui a été construit et une évaluation des architectures des sièges administratifs des C.A.F. Elle marque les ruptures du rythme de constructions des caisses, les évolutions de la politique immobilière de l’organisme, la continuité des modèles architecturaux et les orientations choisies par la maîtrise d’ouvrage au sujet du parc immobilier existant. Cette thèse établit aussi l’histoire d’un nouveau programme de la croissance dont les origines, la nature et le développement sont relatés.
Cette étude est aussi une page d’histoire de la Sécurité Sociale en France. A travers l’objet d’étude, les Caisses d’Allocations Familiales, cette thèse relate aussi une partie de l’histoire des constructions destinées à abriter les services de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, de l’Union de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales et de la Caisse d’Assurance Retraite et de Santé Au Travail. Cette thèse est donc un pas supplémentaire vers une reconnaissance historique de toutes les réalisations de sièges administratifs de Caisses d’Allocations Familiales sur le territoire français. La valeur historique des C.A.F invite à une réflexion sur le contexte qui les a produites et permet une meilleure compréhension des enjeux actuels. Cette thèse contribue enfin à nous faire prendre conscience de l’intérêt patrimonial des Caisses d’Allocations Familiales dans le paysage urbain d’aujourd’hui.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.