Conférence d’ouverture du séminaire HEnsA20 – ENSA Paris-Malaquais – 28 novembre 2019

Conférence d’ouverture du séminaire HEnsA20 suivie du vernissage de l’exposition “Les Beaux-Arts de Paris en images : une école pensée, construite, vécue”

Jeudi 28 novembre 2019 à partir de 17h30
Amphithéâtre 2 des Loges, 14 rue Bonaparte Espace Jacques Callot, 1 rue Jacques Callot, Paris 6e
Entrée libre

L’ENSA Paris-Malaquais accueille la soirée d’ouverture du 7e séminaire HEnsA20 – Histoire de l’enseignement de l’architecture au 20e siècle avec une conférence de Bernard HAUMONT, professeur honoraire à l’ENSA Paris-Val de-Seine, CRH/LAVUE sur le thème “De la diversité des écoles à la diversification des métiers”.

Cette conférence sera suivie du vernissage de l’exposition “Les Beaux-Arts de Paris en images : une école pensée, construite, vécue”
Une exposition riche et captivante qui présente l’École des Beaux-arts et l’histoire de son site à travers dessins, gravures, photographies, en même temps que des documents d’architecture.
Commissariat par Anne Debarre et Maxime Decommer. Scénographie par Mathieu Kellen, Margaux Lapchin, Ziheng Li et Clément Novaro.

Ce 7e séminaire du programme HEnsA20 est soutenu par le Comité d’histoire et le Bureau de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère du ministère de la Culture. Il se tiendra du 28 au 30 novembre dans les écoles nationales supérieures de Paris-Malaquais, Paris-Val de Seine et Paris-La Villette, avec pour thème « Enseigner l’architecte en Ile-de-France au XXe siècle: une histoire croisée ».

Bernard HAUMONT, professeur honoraire à l’ENSA Paris-Val de-Seine, CRH/LAVUE donnera la conférence d’ouverture sur le thème « De la diversité des écoles à la diversification des métiers ».

« Outre l’Ecole des Beaux-Arts et l’ESA, les écoles d’ingénieur (Ecole Polytechnique, Ecole centrale), l’ENSAD et des établissements techniques dispensent un enseignement d’architecture à Paris au XX° siècle. Des instituts vont porter l’enseignement de l’urbanisme avant qu’il ne soit intégré dans la formation des architectes. Les positions relatives de ces établissements évoluent et notamment à deux moments au siècle dernier.
En 1941, le titre d’architecte est protégé par le diplôme dispensé par l’Ecole des Beaux-Arts, l’ESA et l’ENSAIS à Strasbourg. Dans l’après 68, la section architecture de l’ENSBA éclate en huit -puis neuf- Unités pédagogiques d’architecture. Bénéficiant de quelque autonomie avant que les cadres de la tutelle ne s’imposent peu à peu, ces UPA se construisent sur l’adhésion des enseignants et des étudiants à des projets pédagogiques et politiques nettement différenciés.
Aujourd’hui les cinq ENSA présentes en Ile-de-France procèdent à la fois de compositions voulues par les enseignants et étudiants et de recompositions décidées par le Ministère.
Les communications portent les configurations historiques, les formes de transfert et les enjeux de cette coprésence territoriale des établissements d’enseignement de l’architecture sur le territoire de l’actuelle Ile-de-France. »


 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.