Journées d’études : “Entre héritage des Ciam et invention du territoire : revisiter le débat architectural italien, 1952-1966” – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est (Champs-sur-Marne) – 13 janvier et 24 mars 2020

Edilizia Moderna, n°87-88, 1966

L’École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est accueille le lundi 13 janvier 2020 la première journée d’études Entre héritage des Ciam et invention du territoire. Revisiter le débat architectural italien, 1952-1966.

Organisées à l’École d’architecture de la ville & des territoires, le lundi 13 janvier 2020 et le mardi 24 mars 2020 par Éric Alonzo, professeur à l’Éav&t, chercheur à l’OCS (UMR AUSser 3329), ces deux journées d’étude de l’UMR AUSser accompagnent la parution prévue en février 2020 du cinquième de volume de Marnes, documents d’architecture qui contient une nouvelle traduction française de « La forme du territoire » de Vittorio Gregotti (1966).

Avec Luc Baboulet (OCS/UMR AUSser 3329), Marco Biraghi, Benjamin Chavardés, Jean-Louis Cohen (IPRAUS/UMR AUSser 3329), Federico Ferrari (ACS/UMR AUSser 3329) , Olivier Gaudin, Beatrice Lampariello et Cristiana Mazzoni (Directrice UMR AUSser 3329).

Informations pratiques

Dates : Lundi 13 janvier et mardi 24 mars 2020
Lieu : École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est, Amphithéâtre, 12 av. Blaise Pascal, 77420 Champs sur Marne

Conditions d’accès : Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Informations : Entre héritage des Ciam et invention du territoire
Contact : frederique.mocquet@paris-est.archi.fr

Présentation

La scène italienne des années 1960 constitue un des foyers les plus intenses de la théorie architecturale et urbaine de la seconde moitié du XXe siècle. À l’image des études pionnières de Saverio Muratori sur Venise et sur Rome (1959-1960 et 1963) ou celle, plus tardive de Carlo Aymonino et d’Aldo Rossi sur Padoue (1970), il se caractériserait principalement par un intérêt renouvelé pour la forme des villes historiques – celui pour la forme du territoire ou du paysage n’arriverait que dans un second temps, par un élargissement du cadre d’étude. On le considère ainsi souvent comme un des fronts de rupture avec la pensée fonctionnaliste des Ciam, parallèle à celui que le Team X mène de l’intérieur.

Ce sont ces deux idées communément admises que ces journées d’étude proposent de questionner, en reculant le centre de gravité du milieu des années 1960 (quand paraît 
L’Architecture de la ville de Rossi et Le Territoire de l’architecture de Gregotti) à la fin des années 1950. Il s’agira, d’une part, de s’intéresser aux continuités avec les travaux des derniers Ciam (dont celui de 1951 à Hoddesdon), plus particulièrement avec leurs écoles d’été organisées à Venise de 1952 à 1957 et, d’autre part, de relativiser l’idée d’un intérêt exclusif pour la ville-centre en mettant en évidence l’intérêt, dès le début des années 1960, pour les enjeux spatiaux et formels de la grande échelle, de la ville-territoire et même du paysage et de l’environnement, lié à la notion d’ambiente. Ces journées d’études s’intéresseront notamment à l’influence du « trio des maîtres » : Giuseppe Samonà (1898-1983), Ernesto Nathan Rogers (1909-1969) et Ludovico Quaroni (1911-1987) et aux apports théoriques de la revue Casabella Continuità de 1953 à 1965.

Programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.