Journée d’étude « Allô Ménie ?! » – Université Panthéon Assas (Paris) – 27 mai 2020

Organisateur

Laboratoires partenaires : Université Paris 2 Panthéon-Assas, Carism (Centre Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias), École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville, IPRAUS (Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société)
Coordinatrices / coordinateur de l’événement scientifique : Irène Despontin Lefèvre (CARISM, Paris 2), Laetitia Overney (IPRAUS/AUSser, ENSA-PB), Bibia Pavard (CARISM, Paris 2)

Argumentaire

La journée d’études est consacrée aux émissions animées par Ménie Grégoire  sur RTL de 1967 à 1981 qui seront abordées comme dispositifs médiatiques innovants et comme lieu d’expression de la « parole des femmes » dans les « années 1968 ».
L’idée de faire cette journée d’études est née du constat de la dispersion des travaux sur le sujet. Plusieurs études approfondies ont été menées à partir des archives des émissions de Ménie Grégoire en histoire, sociologie, science de l’information et la communication mais chercheuses et chercheurs se sont peu rencontrés pour mettre en communs leurs analyses.
L’ambition scientifique de la journée est de faire se croiser étude des médias, études de genre et histoire du moment 68 pour porter un regard neuf sur et à partir d’un dispositif médiatique hors norme.

Les bornes chronologiques des émissions de Ménie Grégoire les placent au cœur de ce que les historiennes et historiens nomment désormais les « années 1968 », terme qui désigne une séquence de transformations sociales, politiques et culturelles entre 1962 et 1981, dont 68 est l’épicentre. Il semble donc tout à fait pertinent d’interroger la manière dont ces émissions massivement écoutées et ses publics constituent des acteurs de ce moment historique. La journée d’études part du principe que les émissions constituent un déplacement de regard stimulant vers des acteurs qui sont peu analysés dans la littérature existante : principalement des femmes, de tous les milieux sociaux, réparties dans différents territoires. Elles permettent de saisir d’autres expériences des changements sociaux, politiques et géographiques de l’époque.

Il s’agira aussi d’analyser la rupture que représente les émissions dans le paysage radiophonique des années 1960 en se fondant sur le dialogue avec le public à partir de l’analyse du contexte social, culturel et médiatique de sa création. Une attention particulière sera portée à la figure de Ménie Grégoire, à son parcours et à son impact.

Un autre axe sera consacré aux dizaines de milliers de lettres envoyées à l’émission et qui sont actuellement conservées aux archives départementales d’Indre-et-Loire en même temps que les bandes de l’émission. Que disent ces lettres ? Comment s’en saisir en sciences sociales ? 

Enfin, un dernier axe sera consacré à des questionnements sur la mise en valeur de ce fonds exceptionnel pour l’histoire des médias et l’histoire du genre.

Informations pratiques

Lieu : Université Panthéon Assas, Centre Vaugirard, Salle des conférence, 391 rue Vaugirard, 75015 PARIS

Date : 27 mai 2020


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.