Appel à articles “L’Agence d’architecture” des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (Craup) (date limite : 30 avril 2020)

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère lancent le 9e dossier thématique de la nouvelle formule en ligne de la revue “L’Agence d’architecture / The Architect’s Office”, coordonné par/coordinated by Gauthier Bolle, Maxime Decommer (ACS/AUSser)et Valérie Nègre

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 30 AVRIL 2020 au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Accédez à l’appel en ligne : L’Agence d’architecture

Extrait de l’appel : Nous proposons, dans ce numéro, d’interroger les agences sur le temps long, de la période moderne à la période contemporaine, et de manière transversale, en suscitant les contributions de spécialistes de l’architecture, de l’histoire, de la sociologie et de l’anthropologie. Dans le champ de l’histoire de l’architecture, depuis plusieurs années, les approches monographiques ont permis de rendre compte du fonctionnement de certaines agences. En sciences humaines et sociales, quelques recherches ont privilégié les enquêtes in situ pour analyser principalement les processus de conception architecturale.

Dans la lignée des travaux sur les lieux du travail, tels les laboratoires et les ateliers étudiés par les sociologues et les historiens des sciences, des techniques et de l’art, l’ambition de cet appel est de rendre compte du quotidien du travail des architectes, des formes collectives de travail, des personnages intermédiaires et des « techniciens invisibles » qui œuvrent dans ces lieux, dans la poursuite des travaux de déconstruction du mythe de l’architecte-artiste exerçant seul en libéral. Mais il s’agit aussi de comprendre les spécificités des lieux dédiés à la création, la production et la gestion des projets de ces professionnels en étant, par exemple, attentifs à certaines de leurs particularités, et notamment les relations qu’ils entretiennent avec l’extérieur et les lieux du chantier

Aujourd’hui, face aux transitions économiques, écologiques et numériques qui modifient les conditions de conception et de production du cadre bâti, et celles du monde du travail en général, beaucoup de professionnels reconsidèrent leurs manières d’exercer. Face aux évolutions de la commande et de la structuration de la maîtrise d’ouvrage, certains prônent une organisation sous forme de collectifs pluridisciplinaires ou de micro-agences tandis que d’autres délocalisent leurs activités assurant des « permanences architecturales » in situ. Des praticiens questionnent même les contours, le fonctionnement, voire l’existence des agences en tant que modèle, appelant parfois à leur disparition. Ainsi, les perspectives de recherches historiques comme l’émergence – ou la résurgence – de certaines pratiques motivent cet appel à contribution.

Nous proposons trois axes de réflexions dans lesquels les contributeurs peuvent inscrire leurs propositions :
Axe 1. Lieux et supports des activités architecturales : réévaluer les sources ?
Axe 2. Acteurs, pratiques et formes d’organisation : déceler des modèles sur le temps long ?
Axe 3. Dénomination, médiatisation et réception : entre dissimulation et valorisation ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.