Appel à article Philotope 14 « Les synergies à l’oeuvre pour faire-recherche architecture » (date limite : 02 février 2020)

Nouvel appel à articles pour le Philotope (Revue du Réseau Scientifique Thématique PhilAU – Philosophie Architecture Urbain) : Le Philotope n°14 : « Les synergies à l’œuvre pour faire-recherche en architecture », numéro piloté par Céline Bodart et Chris Younès

Remise d’une proposition d’article au plus tard le 02 février 2020 à l’adresse : philau@clermont-fd.archi.fr

Les articles seront publiés dans le n°14 du Philotope en septembre 2020 et les auteur-e-s pourront être par ailleurs invité-e-s à participer au 3ème volet du programme « Synergic Design » du RST PhilAU – Colloque International « Synergies Architecture & Philosophie » en décembre 2020 à l’ENSA de Clermont-Ferrand.

Extrait de l’appel : Le RST PhilAU souhaite donner la parole aux doctorant-e-s, post-doctorant-e-s ou jeunes chercheur-euse-s pour explorer les synergies à l’œuvre dans les dynamiques de recherche émergente ou doctorale ou post-doctorale en architecture, urbain, paysage, territoire, que ce soit en termes de discipline, d’interdiscipline, de rencontres, de méthodes, de terrains ou d’expérimentations. Ce prochain numéro 14 du Philotope constitue le deuxième volet d’un triptyque du programme triennal du RST PhilAU sur la notion de ‘Synergie’, après la journée d’études à la Cité de l’Architecture « Synergic Design » en novembre 2017, et avant le colloque international « Synergies Architecture & Philosophie » en décembre 2020 à l’ENSA de Clermont-Ferrand. Penser synergie, c’est penser les interactions et les processus en jeu. L’objectif est de témoigner des questionnements croisés, des hybridations, des transferts et des interférences, ouvrant largement le spectre des effets produits – qu’ils soient positifs ou négatifs, désirés ou subis – afin d’en montrer le caractère critique et heuristique. Interroger les synergies à l’œuvre dans nos pratiques de recherche, c’est une manière de partager des expériences liant des questions théoriques avec des trajectoires singulières. Et si pointe ici la voie scientifiquement proscrite du personnel et de l’anecdotique, il faut apprendre à s’y aventurer, risquer de l’emprunter pour rendre compte de ce qui s’y fabrique. Toujours à la marge de ce qui se trace comme le récit dominant et convenu de la recherche, l’anecdote est moins parasitaire que nécessaire ; elle « nous rend les choses spatialement proches, elle les fait entrer dans notre vie ». Plus encore : « vive l’anecdote, car elle est en prise sur l’essentiel »… pour dire ce qui se vit aujourd’hui dans le « faire-recherche en architecture »…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search