Paru : « Le Corbusier et les arts dits « primitifs » » / sous la direction de Christine Mengin, Editions de la Villette, 2019

« Le Corbusier et les arts dits « primitifs » » / sous la direction de Christine Mengin, Editions de la Villette, 2019, 1 Vol. (160 p.), Collection « Fondation Le Corbusier », ISBN : 978-2-37556-027-3

avec des contributions de : Rémi Baudouï, Gaëlle Beaujean, Véronique Boone, Carine Peltier-Caroff, Carlotta Darò, André Delpuech, Marie-Jeanne Dumont (IPRAUS/AUSser), Alicia Espinosa, Sarah Frioux-Salgas, Muriel Lardeau, Christine Laurière, Yann Laville, Marie-Laure Crosnier Leconte, Claude Malécot, Guillemette Morel Journel (ACS/AUSser), Maureen Murphy, Antoine Picon, Michel Richard, Arthur Ruëgg, Catherine de Smet, Françoise Very, Céline Trautmann-Waller.

Résumé

Le rapport profond et durable de Le Corbusier avec une sélection d’objets d’art non européens constitue un aspect
largement ignoré de son univers. Et pourtant, le chef de file de l’architecture moderne a, tout au long de son parcours, dessiné, publié, exposé et collectionné les « arts dits primitifs », selon la formulation clairvoyante qu’il emploie dès 1935. Plusieurs formes sculptées africaines et asiatiques, qui appartiennent pour lui aux époques les plus fertiles en invention, traversent ainsi son oeuvre, depuis les copies qu’il dessine au musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1908-1909 jusqu’au fameux montage d’images intitulé « Poème électronique » de 1958, soit une récurrence d’un demi-siècle. Hasard de l’histoire, certaines de ces oeuvres, dont la république du Bénin demande la restitution, font aujourd’hui la une des journaux. L’ouvrage a pour but d’explorer ce point de repère dans son oeuvre, notamment à la lumière des travaux d’histoire de l’art sur le rôle des arts du monde entier dans l’invention de la modernité. La collection constituée par Le Corbusier est importante. La base des dessins de la Fondation Le Corbusier recense une trentaine de dessins réalisés entre 1905 et 1909 ; la collection particulière de Le Corbusier comprenait une dizaine d’oeuvres d’art africain (dont deux toiles du peintre soudanais Kalifala Sidibé), que l’on peut apercevoir sur les photographies de ses appartements, rue Jacob puis rue Nungesser-et-Coli ; des objets d’art exotiques sont reproduits dans différentes publications, de L’Esprit nouveau en 1920 au Poème électronique en 1958. La bibliothèque personnelle de Le Corbusier comprend une vingtaine d’ouvrages et un certain nombre de cartes postales concernant l’art extra-européen.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.