Colloque : « Vernacular ways : Les manières de faire vernaculaires » – INHA (Paris) et Université Paris Diderot – 22 au 24 janvier 2020

Colloque en hommage à François Brunet (1960-2018) : « Vernacular ways : Les manières de faire vernaculaires »

En partenariat avec l’université Paris Diderot – Laboratoire de recherche sur les cultures anglophones – UMR 8225

Accédez à l’annonce : Vernacular ways

Comité scientifique

Jordi Ballesta (université Jean-Monnet, CIEREC – LARCA), Antonello Frongia (Università Roma Tre), Charlotte Gould (université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Prismes), Jean Kempf (université Lumière – Lyon 2), Jerome Krase (CUNY Brooklyn), Éliane de Larminat (université de Paris, LARCA), Caroline Maniaque (ENSA de Rouen, AUSser), Mark Meigs (université de Paris, LARCA), Frédéric Ogée (université de Paris, LARCA), Thierry Paquot (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, IUP), Gary Van Zante (Massachusetts Institute of Technology, MIT Museum)

Présentation

Le vernaculaire contemporain semble constituer un domaine culturel à part entière, regroupant des manières de faire linguistiques, architecturales, paysagères, picturales, matérielles, relevant de la création artistique et littéraire, ou encore de la production d’objets et d’agencements pratiques. Il n’apparaît plus seulement comme une déclinaison, plus populaire et informelle, de l’idée de traditionnel. En architecture, il embrasse des modes de construction non standardisés, peu durables, issus de savoir-faire non académiques et instables, qui épouseraient la variabilité, parfois importante, des conditions sociales et des milieux géographiques.

Le colloque « Les manières de faire vernaculaires » (Vernacular Ways) a pour objet d’interroger la notion de vernaculaire, son renouvellement sémantique, ses circulations géographiques, ses ancrages disciplinaires et ses proximités sémantiques, notamment avec les notions d’ordinaire, de domestique, d’amateur, de spontanéité et d’informel. Des historiens de l’art, des philosophes, des chercheurs en architecture et en études photographiques et paysagères anglophones (de provenance nord-américaine et européenne) y participeront. Ils contribueront également à rendre hommage à François Brunet, historien de la photographie disparu en 2018 et initiateur de ce colloque, et auront à cœur de perpétuer son goût pour les décloisonnements et les transbordements.

Le colloque sera introduit à l’Institut national d’histoire de l’art par la conférence inaugurale de Clément Chéroux, directeur du département photographique du Musée d’art moderne de San Francisco et s’intitulera : « Introducing Werner Kühler : Pour une histoire de la photographie vernaculaire ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.