Soutenance de thèse de Adrienne COSTA : « Voir l’espace architectural en coupe : exploration du rôle de la coupe dans la conception de l’espace moderne » – ENSA Toulouse – 24 janvier 2020

Soutenance de thèse en vue de l’obtention du doctorat en architecture de Adrienne COSTA : « Voir l’espace architectural en coupe : exploration du rôle de la coupe dans la conception de l’espace moderne »

Université de Toulouse 2 Jean Jaurès et de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse,
Ecole Doctorale : Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (TESC)
Unités de recherche : Laboratoire de Recherche en Architecture (LRA)

Laboratoire d’Etude de l’Architecture Potentielle (LEAP) Université de Montréal – Canada-

Membres du jury

Directeur de thèse : Rémi PAPILLAULT (ENSA Toulouse)
Co-Directeur de thèse : Jean Pierre CHUPIN (Université de Montréal)

Jury :
Rémi PAPILLAULT : Professeur à l’ENSA-Toulouse (Directeur de thèse)
Jean-Pierre CHUPIN : Professeur à l’Université de Montréal (Co-Directeur de thèse)
Virginie PICON LEFEBVRE : Professeur à l’ENSA de Paris Belleville (IPRAUS/AUSser) (rapporteur)
Estelle THIBAULT : Professeur à l’ENSA de Paris Belleville (IPRAUS/AUSser) (rapporteur)
Karim BASBOUS : Maître de conférences à l’ENSA Paris-Val de Seine (membre du jury)
Françoise BLANC : Maître de conférences à l’ENSA Toulouse (membre du jury)
Juan TORRES : Vice Doyen et Professeur à l’Université de Montréal (membre du jury)

Résumé de la thèse

L’état du développement de la théorie sur les modes de représentation ne contient que peu de travaux sur la coupe architecturale, notamment au XXe siècle, époque à laquelle la notion d’espace devient un enjeu architectural propre à la modernité.

Cette étude théorique établit les conditions du recours à la coupe dans l’élaboration d’une spatialité qui fournit du sens au projet. Elle propose au préalable sur une investigation des façons de voir un édifice ouvert, de la ruine à l’écorché, permettant d’extraire quelques ressorts disciplinaires de la coupe. L’exploration de sa contribution à « la résolution du projet dans l’espace »[1] qui constitue le cœur de ce travail, est guidée par l’analyse approfondie de la fabrication d’un corpus de coupes d’espaces domestiques emblématiques du XXe siècle. Elle éclaire ainsi, in fine, sur son usage et la connaissance de son statut, au seuil de l’hyper-développement de la modélisation.

[1] A. LOOS, Ornement et crime : et autres textes, Paris, Éditions Payot et Rivages, coll. « Rivages poche/Petite bibliothèque, 412 », 2003. (ed. orig. 1929), pp. 196-197.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.