Séminaire Villes Asiatiques : “La production de logement en Asie” – ENSA Paris-Belleville – 7 février 2020

Organisation

Séminaire Villes Asiatiques – DSA “ Architecture et projet urbain”, ENSAPB – IPRAUS – UMR AUSser
Organisation : Yang LIU
Comité scientifique : Yang LIU, Anne GRILLET-AUBERT, André LORTIE

Programme

Matin :

9 :00    L’accueil et l’introduction par André Lortie et Yang LIU

9 :30    Natacha AVELINE-DUBACH, Directrice de recherches CNRS, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : The Financialization of Rental Housing in Tokyo

Stéphanie BOUFFLET, Architecte DPLG, Docteur en urbanisme sur le territoire chinois, Enseignante chercheur MCA ENSA Paris Val de Seine / LAVUE CRH : De la question du présent dans l’habité chinois

10 :45   Discussions

11 :00   Pause

11 :15   Cinzia LOSAVIO, Doctorante, UMR – 8504 Géographie-cités, Labex DynamiTe, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Une notion « intégrée » d’informalité pour investiguer les modes d’intégration en ville des migrants internes au prisme du logement : Le cas de Zhuhai (Guangdong)

            Marie GIBERT-FLUTRE, Maître de conférences en Géographie, UFR LCAO (Langues et Civilisations de l’Asie Orientale), Université Paris Diderot : The Value of Neighbourhood: Perspectives on Real Estate Local Game in Ho Chi Minh City

12 :30   Discussions

Après-midi :

14 :30   Mingye LI, Docteure en urbanisme, aménagement et politiques urbaines à l’Institut d’Urbanisme de Paris (IUP) de l’université Paris-Est, Urbaniste chez Arte Charpentier Architectes : Le logement social en Chine : Une politique subordonnée à la croissance économique et à la stabilité sociale

Marie ABERDAM, Docteur en Histoire, CHAC SIRICE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, associée au Centre Asie du Sud-Est : L’habitat élitaire à Phnom Penh, fin XIXe mi XXe siècle, une histoire sociale de la capitale cambodgienne

15 :45   Discussions

16 :00   Pause

16 :15  
FAN Lang, Enseignante à l’ENSAS et l’ENSAV, Chercheure invitée à la SASS de Shanghai et Chercheure associée au laboratoire AMUP
Valérie LEBOIS, Psychosociologue, Docteure en architecture de l’Université, Maître conférence à l’ENSAS
Cristiana MAZZONI, Professeure à l’ENSAPB, Directrice de l’UMR AUSser, Directrice Chaire partenariale MAGE – Paris 2024
Types d’habitat à tour et dispositifs de voisinage : le quartier Zhongyuan Liangwan Cheng à Shanghai

17 :00   Discussions

17 :15   Conclusion par Anne Grillet-Aubert

Présentation

Le Séminaire « Villes Asiatiques » a lieu chaque année dans le cadre du DSA « Architecture et projet urbain : Architecture des Territoires » de l’ENSA Paris-Belleville. Il est organisé en lien avec l’équipe IPRAUS et l’UMR AUSSER dans le cadre des travaux sur les villes asiatiques.[1] Il offre une occasion de découvrir, comprendre, questionner les enjeux émergents dans cette région du monde, d’échanger entre étudiants, enseignants, chercheurs et praticiens, et de présenter des contributions qui actualisent la connaissance des trajectoires urbaines des métropoles asiatiques.[2]

Le séminaire de 2020 porte sur la production du logement en Asie. Cette région du monde a connu un développement économique, urbanistique et social rapide, bien qu’inégal, depuis quelques décennies. L’augmentation de la population urbaine et des mouvements migratoires internes ont provoqué un grand élan de l’industrialisation du logement dans de nombreux pays, tandis que, dans certaines régions, l’auto-construction représente la part majoritaire de la production.

Un des aspects qu’il semble important d’aborder est celui des politiques du logement et de l’aménagement, ainsi que des modèles urbains. Les « nouveaux villages » (xincun) sont construits massivement en Chine au début des années 1950 pour loger des familles d’ouvriers. Puis ils deviennent le modèle national pour offrir des logements sociaux jusqu’aux années 1990. Les « nouvelles zones urbaines »(khu do thi moi, ou KDTM), dans les franges de la métropole d’Hanoï, apparaissent dans le contexte de transition et de décollage économique à la fin des années 1990 (Fanchette, 2015). Ce phénomène a pris de l’ampleur aujourd’hui et domine dans le reste du pays la production planifiée de l’espace urbain (Labbé et Musil, 2017). Quelles sont les origines de ces modèles ? Et quelles sont leurs influences économiques, spatiales et sociales ?  De nombreuses villes fantômes sont apparues en Chine, Vietnam ou d’autres pays asiatiques. On se demande quels sont leurs états actuels et quel sera leur futur ?

Un autre phénomène dans le processus d’urbanisation a particulièrement attiré notre attention : la tension grandissante entre la ville et la compagne, entre les zones urbaines et rurales. Nous nous intéressons notamment aux zones « hybrides », qui conservent des caractères ruraux, situées dans les zones urbaines ou périurbaines. Les « villages urbains » (chengzhongcun) dans certaines métropoles chinoises sont d’anciens villages ruraux absorbés par l’extension des zones urbaines où, en raison de la valorisation foncière, des maisons sont remplacées par des mini-tours de logements loués aux migrants internes. On retrouve une situation similaire à Hanoï, une ville ayant intégré progressivement de nombreux villages dans son tissu urbain. La location de logements de faible qualité construits par des paysans reconvertis en logeurs engendre la surdensité des villages. Les logements précaires sont très chers et sans services de proximité adaptés. (Fanchette, 2018) De quelles manières s’intègrent-ils aux zones urbaines ? Si les « villages urbains » en Chine ont une tendance à disparaître par la volonté du gouvernement, quelles politiques sont développées à ce sujet au Vietnam et dans d’autres pays ?

Afin de protéger les populations plus vulnérables, certains pays asiatiques mènent une politique du logement social. A Singapour celle-ci a commencé dès l’abolition du statut colonial en 1960. Le droit au logement est un des piliers du développement du pays. A Hongkong, 53.2% de la population sont logés dans des logements sociaux locatifs ou en accession[3]. A la fin des années 2000, la Chine a pris de véritables mesures pour encadrer le développement immobilier et permettre aux populations en situation de précarité de bénéficier du programme de logements sociaux garantis (Henriot C. 2013) : les logements locatifs à faible coût (lianzufang), les logements à prix abordable (jingji shiyong fang) et les logements locatifs publics (gongzufang) qui ciblent les ménages à bas revenus. (Li M. 2015) Comment sont financés ces projets de logements sociaux ? Selon quelles règles sont distribués ces logements ? Malgré des efforts de l’Etat, la production de logements sociaux ne peut pas résoudre entièrement le problème de pénurie. A Hong-Kong, 200 000 personnes vivent dans les « maison-cage » qui ne mesurent pas plus de 1,80 mètre sur 60 centimètres. Les « classes sandwich », en Chine, n’ont pas les moyens de se loger dans un logement du marché libre et ne peuvent prétendre à un logement social. Pour ces populations, quelles seront les politiques et les solutions alternatives ?

Les pistes citées ici ne sont pas exhaustives. Le séminaire est ouvert à toutes autres propositions liées à la production de logement et ses formes en Asie.

Bibliographie
Fanchette S. (esd), (2015), Hanoi future métropole, rupture de l’intégration urbaine des villages, Ed. IRD, coll ; « petits atlas urbains, 196 p.
Fanchette S. (2018) Contradictions de l’intégration urbaine des villages dans le contexte du métropolisation de Hanoï, intervention dans le cadre du cours Villes Asiatiques à l’ENSAPB.
Labbé D. et Musil C. (2017), « Les nouvelles zones urbaines de Hanoï (Vietnam) : dynamiques spatiales et enjeux territoriaux », M@ppemonde, n°12.
Henriot C. (2013), « Le logement social en Chine : les gagnants et les perdants d’un système de plus en plus diversifié », China Analysis, p.13-17.
Li M., (2017) « L’évolution des villes fantômes chinoises », Perspectives chinoises [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 9 octobre 2019. [URL:http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7622]
[1] Voir le domaine d’étude de l’UMR AUSser « AsiaFocus – Architecture et villes d’Asie »,
[2] ENSA Paris-Belleville, plaquette DSA « Architecture et projets urbains », 2016.
[3] Site du recensement 2016 de Hongkong : https://www.bycensus2016.gov.hk/tc/Snapshot-05.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.