Après-midi d’études (2/3) : “Adapter la ville au changement climatique” – Ecole d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 25 février 2020

Comité technique

– CAUE 77 : Dominique Bonini, Marianne Souq et Guillaume Le Minez
– Éav&t/OCS : Marie-Charlotte Dalin et Frédérique MOCQUET
– UMR-AUSser/IPRAUS : Anne Grillet-Aubert
– DGU : Bruno Barroca, Margot Pellegrino
– EUP : Martin Vanier, Stéphane Mercier
– ENPC : Laurence Dodin
– DSAA Alternatives Urbaines : Danielle Seban

Plaquette de présentation

Programme

  • 14 h15 Accueil du public – Grand amphi Éav&t
  • 14 h 30 Propos introductif
    Résultats de recherche récents sur la logistique urbaine et l’urbanisme logistique
    o Laëtitia DABLANC, chaire Logistics City, Université Gustave Eiffel.
  • 15 h 30 Table-ronde : réorganisation de la logistique urbaine
    L’immeuble logistique parisien
    o Antoine MARECHAL, architecte D.E (Eav&t Paris Est) et illustrateur
    Chapelle International: intégrer la logistique grande échelle dans la ville
    o Ben BURKE, partner A26 Architectes
    Intégration de l’objectif Zéro Artificialisation Nette en Ile de France, atelier commandité par l’Institut Paris
    Région
    o Seydina BANSE et Juliette HENRY étudiantes M2
    Environnements Urbains de l’Ecole d’Urbanisme de Paris
  • 16 h 30 Débats-échanges avec la salle
  • 17 h 30 Clôture de l’après-midi

Présentation

Le changement climatique est à l’oeuvre, sa manifestation est tangible dans la vie quotidienne. Une étude récente menée par des chercheurs de l’université ETH Zurich démontre que Londres aura vraisemblablement le climat de Madrid en 2050, tandis que le climat de Paris ressemblera à celui de Canberra en Australie. Face à ce constat, les territoires cherchent à s’adapter aux conséquences du changement climatique, tout en oeuvrant pour minimiser l’impact de nos modes de vie sur ce processus. De nouveaux modes de production urbaine apparaissent et s’accompagnent de concepts
sans cesse réinventés : résilience, frugalité, urbanisme tactique, etc. qui reflètent le besoin de nos sociétés de maintenir un développement urbain, mais dans un contexte nouveau. Dans le laps de temps qui sépare la rédaction de «la
Charte d’Athènes» (1933) à celle de «Junkspace» de Rem Koolhas (2006), la modernité s’est déployée selon un rythme effréné en transformant fondamentalement notre manière d’occuper le territoire. Ce modèle de développement a la particularité de produire d’une part un nombre important de délaissés urbains (parcelles en friche, bâtiments abandonnés, infrastructures inutilisées) et d’autre part de nombreux objets monofonctionnels (logement, espace public, espace naturel, agricole, etc.), autant de terrains sur lesquels les acteurs de l’aménagement s’intéressent de plus en plus pour répondre aux défis environnementaux actuels.

Ces rencontres sont destinées aux étudiants, aux professionnels et aux élus. Elles font intervenir en vue de débats et d’échanges avec la salle et sur une grande demi-journée des scientifiques, universitaires, praticiens spécialistes, acteurs de terrain et témoins.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.