Journée d’études doctorales “La norme et son contraire//” – ENSA Bretagne – 14 février 2020

Organisateur

Journée doctorale organisée par Carmen Popescu (ENSA Bretagne) dans le cadre du séminaire doctoral proposé par Anne-Marie Châtelet (ENSA Strasbourg) / Hélène Jannière (Université Rennes 2) / Jean-Baptiste Minnaert (Sorbonne Université).

Présentation

Associant une analyse de sources écrites et pièces graphiques à une enquête auprès des acteurs diversement impli-qués dans les projets – architecte, bureau d’études, maître d’ouvrage, entreprise – la communication cherchera à restituer le processus de négociation que ces acteurs mènent entre les règles de construction et la non-conformité à leur égard des deux équipements scolaires dessinés par Gilles Perraudin. Nous prêterons notre attention à la ma-nière dont les projets se heurtent à ces règles et sont par conséquent adaptés et construits ou arrêtés définitivement. Enfin, nous tenterons à situer ces projets par rapport à une culture constructive en pierre qui se renouvelle en France et notamment à Paris depuis une décennie, tant du point de vue du nombre de réalisations que de leur qualité.

Programme

Accédez au programme : Journée d’études doctorales

Intervention membre UMR AUSser

Natalia Petkova (ACS/AUSser) : À l’encontre d’une norme constructive : Les équipements scolaires en pierre massive de Gilles Perraudin
Le chai viticole conçu et construit par Gilles Perraudin en 1991 à Vauvert à l’aide de blocs de pierre cyclopéens empi-lés à sec, s’affiche – de par son matériau et la technique de mise en oeuvre – à contre-courant de la production archi-tecturale de l’époque. Il tranche aussi avec la production antérieure de l’architecte, qui associé à Françoise-Hélène Jourda avait été l’un des protagonistes de la tendance hightech française. L’abstraction et la radicalité de cet édifice privé est notamment lié au fait que l’architecte a pu s’affranchir des nombreuses règles relatives à la construction.C’est en répondant à deux commandes publiques d’importance au cours des années qui suivent que Gilles Per-raudin est amené à tenir compte des règles en vigueur dans ses recherches sur ce nouveau-ancien matériau. Cette communication propose ainsi de revenir sur la conception du Centre de formation des apprentis de Marguerittes et le collège 1100 de Vauvert (projet finalement non réalisé)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.