Rencontres autour de Virilio : « Géopolitique de l’accident » – Musée Maritime de La Rochelle – 3 avril 2020

Organisateur

Évènement organisé par Thierry Paquot, Jean Richer (ACS/AUSser), Virginie Segonne, le CAUE de la Charente-Maritime et la Ville de La RochelleEn partenariat avec le Fonds Audiovisuel de Recherche, le Musée Maritime de La Rochelle et la librairie Les Saisons

Programme

Programme : Géopolitique de l’accident

Présentation

La Ville de La Rochelle, le CAUE 17 (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de la Charente-Maritime) et deux de ses anciens élèves, Virginie Segonne et Jean Richer, organise des rencontres annuelles consacrées à la pensée de Paul Virilio. Les premières rencontres Autour de Virilio ont eu ainsi eu lieu les 2 et 3 avril 2019 sur le thème de la dernière frontière. 
En 2020, ces deuxième rencontres auront pour thème la géopolitique de l’accident. L’accident, l’université du désastre, la terre fatale… Des thèmes chers à Paul Virilio qui s’imposent comme une évidence dans la programmation de ce second évènement. 
Ces rencontres auront lieu le 3 avril 2020 au Musée Maritime de La Rochelle , avec les interventions de François Jarrige, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, Claire Bailly, architecte paysagiste, enseignante à l’Ecole d’architecture Paris Val de Seine, Laurent Vidal, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle et Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation (IRI). Les débats seront animés par Thierry Paquot, philosophe.

Paul Virilio a élaboré le théorème suivant : « Tout progrès technique génère son accident ». Partant de là, la géohistoire des techniques exige une autre chronologie, une autre présentation et une autre appréciation. Il n’est plus possible de croire en un « progrès technique » dispensant ses bienfaits sans prendre en considération sa part d’ombre, d’où l’idée d’associer au musée des arts et techniques, un musée des accidents… Avec l’hégémonie de la vitesse, devenue le seul critère du progrès technique, le couple espace/temps a divorcé. Dorénavant chacun se déploie indépendamment de l’autre. Ce qui bouleverse la géopolitique. Celle-ci combine dorénavant temps réel et géolocalisation dans l’approche de n’importe quelle situation. Ainsi se précise une nouvelle manière de penser qui s’émancipe de la géographie physique pour inventer une géographie environnementale tributaire du dérèglement climatique et de l’empreinte écologique des activités humaines et de la géographie politique des États-nations pour lui substituer une géodémographie des migrations qui résultent de l’urbanisation généralisée, de la déforestation, de la poubellisation des océans, etc. De livre en livre, depuis 1975, Paul Virilio repense les territoires à partir des mutations technologiques, analyse « l’écologie grise », annonce l’outre-ville. Il est temps de s’attarder sur « la géopolitique de l’accident » qui façonne le monde, notre monde…
Thierry Paquot, janvier 2020

Informations pratiques

Lieu : Musée maritime La Rochelle, Salle 2e étage et auditorium, Place Bernard Moitessier, 17000 La Rochelle
Date : 3 avril 2020, 10h30-17h45

Pour s’inscrire : http://www.greyecology.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.