Appel à communication “La conscience du passé chez les Khmers et leurs voisins. Approches linguistique, historique et ethnologique”

Appel à communication “La conscience du passé chez les Khmers et leurs voisins. Approches linguistique, historique et ethnologique”

Organisateurs : La faculté d’archéologie de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh, en collaboration avec l’Unité de Recherche Structure et Dynamique des Langues (UMR 8202 – INALCO/IRD/CNRS) et l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK)

Date limite de réception des propositions : 1 mai 2014

Accédez au site

Accédez à l’appel

Extrait du site : La linguistique, l’histoire et l’ethnologie, trois des disciplines pratiquées au sein des études khmères, se sont essayées à décrire ponctuellement les perceptions du passé. Mais elles l’ont fait trop souvent en termes de manque. Ainsi, la langue khmère n’utilisant guère de marqueurs de temps clairement identifiables, la perception de la durée devrait en être affectée. De même, la faible véridicité des documents narratifs et leur rareté connoteraient une conscience historique amoindrie. A son tour, la faible conscience généalogique des villageois, entretenue par des cultes chtoniens les renvoyant à un ancêtre fondateur mythique, signerait une lacune mnésique. Il n’est pas jusqu’à l’image hyperbolique d’Angkor dans la conscience des Khmers, ce ” fardeau de l’histoire “, qui n’ait été décrite comme résultant d’une intervention étrangère, française en l’occurrence. La valeur de ces travaux aussi divers qu’éparpillés tient à leur caractère pionnier dans l’identification d’un rapport spécifique au passé.

Mais ils restent prisonniers pour la plupart d’une approche ethnocentrée, qu’il est aujourd’hui possible de dépasser : au recours aux catégories grammaticales tirées de l’expérience des langues indo-européennes, on préfèrera l’étude des unités linguistiques dans la diversité de leurs emplois et valeurs sémantiques – dont les emplois dits aspectuels (accompli vs inaccompli) ne sont qu’une partie – pour une plus fine appréhension de ces unités traditionnellement identifiées comme marqueurs temporels ; au lieu de déplorer la faible valeur historique des sources, on pourra débusquer dans des genres a priori non historiques une ” texture de l’histoire “, en y repérant des techniques narratives pour évoquer le passé ; à la simple analyse des mythes de fondation, on substituera volontiers l’étude croisée desdits mythes à celle des rites, et au réemploi des objets et des monuments comme autant de traces utilisées en tant que support mnésique par une conscience active du passé.

Plus généralement, ce colloque invite à une réflexion de fond sur l’expérience des passés, appuyée autant que possible sur les récents acquis de la recherche, aussi bien orientaliste qu’européaniste. Parce que les représentations du passé ne sauraient être appréhendées en dehors de l’environnement qui leur sert de révélateur, on portera une attention particulière à la matérialité du monde indochinois dans lequel vivent les Khmers, qu’il s’agisse des lieux construits par la narration (fleuves, rivières, étangs ; forêts, arbres ; tertres, monts ; toponymes) ou des objets manifestant la ” durabilité du monde ” (temples, objets rituels, textes oraux, etc.). Ces traces qui sont souvent perçues comme étant celles des ancêtres défunts relient entre elles les perspectives temporelles, et sont ainsi le matériau d’élaborations successives de représentations du passé en fonction des événements du présent et des attentes projetées dans l’avenir.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.