Appel à contribution “Les idées de la ville en Asie” – Pour une journée du séminaire annuel « Métropoles d’Asie », organisé par l’IPRAUS et le DSA « Architecture et Projet Urbain »

Appel à contribution “Les idées de la ville en Asie”

Dans le cadre d’une journée du séminaire annuel « Métropoles d’Asie », organisé par l’IPRAUS et le DSA « Architecture et Projet Urbain », qui se déroulera à l’ENSA Paris-Belleville (60 Bd de la Villette, 75019 Paris), le 23 mai 2014.

Envoyez vos propositions de contribution (max 2500 signes espaces compris) : avant le 28 mars 2014 à l’adresse suivante : adeleesposito@yahoo.fr

Coordination scientifique : Adèle Esposito (Maître assistant associé ENSAPB / Lecturer Leiden University)

Direction scientifique : Adèle Esposito, Anne Grillet-Aubert, Charles Goldblum, Sabine Guth, Nathalie Lancret, Bernadette Laurencin, Francis Nordemann

Les phénomènes urbains contemporains en Asie ne peuvent plus être appréhendés à travers les notions qui ont été longtemps utilisées pour définir ce que la ville est, et pour la distinguer de ce qu’elle n’est pas (par exemple, le couple « urbain » et « rural »). Celles-ci révèlent leur obsolescence face aux transformations urbaines radicales, qui marquent l’accès de ces villes à la modernité, et qui semblent mettre en question l’idée même de la “ville”, en tant qu’entité physique reconnaissable. La journée de séminaire sur les « idées de la ville » en Asie étudiera l’évolution des significations qui sont attachées à ces notions et les représentations qui, de nos jours, sont associées aux villes asiatiques en tant qu’entités spatiales, politiques et sociales.

L’objectif du séminaire est de trouver des clés de compréhension des réalités urbaines complexes en Asie, et de proposer des outils théoriques et méthodologiques adéquats pour les étudier. Les intervenants tenteront de montrer si, et jusqu’à quel point, la planification urbaine reflète des imaginations liées au futur, élaborées à partir des horizons culturels hétérogènes des urbanistes, et ancrées dans des régimes éthiques, politiques et philosophiques différents. Les discours sur la ville, diffusés aujourd’hui à l’échelle mondiale par les organismes internationaux, influencent-ils la réflexion des professionnels ? De quelle façon les acteurs impliqués à différents titres dans la fabrique urbaine, décrivent-ils une ville où « il fait bon vivre » et imaginent les « futurs urbains »? Quels sont les idéaux poursuivis par les architectes, les urbanistes, et les acteurs publics ? Les contributions pourront se pencher, par exemple, sur l’entrée en jeu de labels (comme celui de la « ville créative » et de la « smart city »), qui expriment des aspirations sociales mais qui, dans le même temps, renforcent la compétition internationale entre les villes.

Les intervenants pourront également explorer de quelle façon la planification urbaine établit une relation avec les héritages du passé. A l’heure de la modernité, la planification urbaine ne peut pas faire abstraction des modèles et des traces hérités, même si cette relation peut parfois s’exprimer dans les termes du déni. Il est alors pertinent d’interroger de quelle façon les plans d’urbanisme prennent le parti de la rupture par rapport aux traces héritées ou, au contraire, sont ressourcés par les héritages spatiaux et culturels des villes. A quels types d’héritages attribue-t-on de la valeur dans la fabrique de la ville contemporaine, et pour quelles raisons ? Les intervenants pourront analyser les politiques et des projets patrimoniaux mais, plus largement, ils examineront la façon dont la planification urbaine est inspirée, ou incorpore des référents hérités, et quelles sont les logiques qui sous-tendent ces jeux de référence.

Seront bienvenues les contributions qui, à partir de perspectives disciplinaires diverses, analysent les documents de planification urbaine, dans leur relation avec leurs fondements théoriques, discursifs et éthiques. En particulier, les auteurs sont invités à examiner la réactivation de modèles urbains hérités, parfois anciens, dans les plans de ville contemporains ; les usages contemporains du patrimoine, la manipulation de l’histoire urbaine par l’effacement sélectif de certaines traces héritées et la valorisation d’autres ; le rôle du patrimoine dans les stratégies urbaines ; l’analyse des discours concernant l’image de la ville ; les utopies contemporaines et les idéaux urbains ; et la « virtualisation » de la ville, conçue comme un écran pour des activités économiques, et une plateforme pour l’évolution technologique.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.