“Portland, Harbor Drive. La ville après l’autoroute : étude de cas” – IAU Ile-de-France (Livre)

“Portland, Harbor Drive. La ville après l’autoroute : étude de cas” – Paul Lecroart – Paris : IAU Ile-de-France, mars 2014

Accédez au document en version intégrale

Résumé extrait du site : Que faire, dans la métropole post-Kyoto, des voies rapides héritées des Trente Glorieuses qui engendrent de fortes nuisances au sein des villes et des quartiers ?

Le cas de la Harbor Drive Freeway à Portland

Réalisée dans les années 1940 le long d’une rivière au cœur de Portland (Oregon), l’autoroute Harbor Drive est démolie trente ans plus tard et remplacée par un parc urbain linéaire. Cette transformation marque un tournant dans l’histoire de cette métropole : elle se détourne alors d’un urbanisme organisé autour de l’automobile et développe son propre modèle de développement fondé sur la qualité de vie, la densité, la mixité, la compacité et la préservation des espaces agricoles périurbains. Cette stratégie est soutenue par la mise en place progressive d’un système de mobilité alternatif, basé sur le tramway, le bus, le vélo, la marche à pied, le co-voiturage et… l’encouragement au travail à domicile. Le cas de Portland est intéressant à plusieurs titres. D’abord, parce que la suppression de la voie rapide n’a pas fait croître la congestion de la voirie, au contraire. Ensuite, le nouveau parc au bord de l’eau a ouvert la voie à la renaissance d’un centre-ville auparavant en déclin. Il a stimulé la revitalisation du waterfront et des quartiers riverains, avec la construction de logements, d’équipements, de locaux d’activités, d’hôtels, etc. L’impact économique et social de l’opération est au final très positif.

Transformer les voies rapides en avenues urbaines

Aux États-Unis, le pays de l’automobile, mais aussi au Canada et en Asie, des villes brutalement traversées ou pénétrées par des voies rapides ont opté pour leur suppression et leur transformation en avenues multi-usages. Comment ont-elles fait ? À quelles conditions ? Avec quelles incidences ? Que peut-on apprendre de ces expériences pour l’Île-de-France ? Pour y répondre, l’IAU île-de-France a sélectionné neuf cas riches d’enseignements au regard des questions, qui se posent dans la métropole francilienne et, plus largement, dans beaucoup de grandes villes en Europe. Une synthèse finale, à paraître, mettra en perspective les expériences étudiées avec les possibilités d’évolution du réseau rapide de la métropole de Paris et les réflexions actuelles sur la ville post-carbone. Celle-ci développera les questions abordées dans la Note rapide n° 606 « De la voie rapide à l’avenue urbaine : la possibilité d’une autre ville ? ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Fort (17 mars 2014). “Portland, Harbor Drive. La ville après l’autoroute : étude de cas” – IAU Ile-de-France (Livre). Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uyom


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search